Dé­jà rendre des comptes

Le Pays Roannais (Tarare) - - Zapping - Pierre-Oli­vier Vé­rot

Spé­cia­liste du juste mi­lieu, Em­ma­nuel Ma­cron a com­pris la le­çon. Il a su user de la com­mu­ni­ca­tion, avec le ré­sul­tat que l’on connaît, du­rant la cam­pagne élec­to­rale, mais lui et ses adeptes sont de­ve­nus plus avares de pa­roles une fois aux ma­nettes. Dé­si­rant re­don­ner à la fonc­tion de Pré­sident de la Ré­pu­blique sa gran­deur, Em­ma­nuel Ma­cron a vou­lu, à l’aube de son quin­quen­nat, évi­ter de tom­ber dans le double écueil qui a en par­tie cau­sé la perte de ses pré­dé­ces­seurs : l’hy­per­ac­ti­vi­té tous azi­muts de Ni­co­las Sar­ko­zy et l’hy­per proxi­mi­té, le jeu des confi­dences et de l’entre-soi avec quelques jour­na­listes à la fa­çon de Fran­çois Hol­lande. Les deux op­tions se sont ré­vé­lées dé­vas­ta­trices, bou­tant ces deux lo­ca­taires de l’Ély­sée hors du pa­lais dès la fin de leur pre­mier bail. Ma­cron l’am­bi­tieux s’ima­gine sans doute un autre des­tin et les courbes orien­tées fa­çon chutes du Nia­ga­ra de sa po­pu­la­ri­té dans les son­dages l’ont ame­né à re­voir sa stra­té­gie. Car on n’en­voie pas val­ser en quelques mois l’en­semble de l’échi­quier po­li­tique, cou­pable de n’avoir pas su trou­ver de ré­ponses aux dé­fis de l’époque em­ploi, frac­ture so­ciale, faillite de l’école, ter­ro­risme... - pour s’ins­tal­ler dans un si­lence qui pour­rait vite être pris pour de l’at­ten­tisme et sus­ci­ter des ré­flexions du type : « La place est bonne ; main­te­nant qu’ils l’ont, on ne les en­tend plus. » Alors, du plus haut ni­veau de l’État jus­qu’aux éche­lons lo­caux, l’heure est à nou­veau à la com­mu­ni­ca­tion. Et les « vieux mé­dias » re­trouvent grâce aux yeux de ceux qui les sno­baient, peut-être re­ve­nus du mag­ma en per­pé­tuel mou­ve­ment des ré­seaux so­ciaux, où la forme ne laisse au­cune la­ti­tude au fond de s’ex­pri­mer.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.