Dé­truire les fre­lons, sau­ver les abeilles

Le Pays Roannais (Tarare) - - Pays de L'Arbresle - Mé­la­nie Pe­tit

Un pre­mier nid de fre­lons asia­tiques dé­cou­vert sur la com­mune de SaintJu­lien-sur-Bi­bost a été dé­truit, mar­di 29 août.

En 2015, un pre­mier nid était dé­truit dans le dé­par­te­ment de la Loire et des si­gna­le­ments étaient confir­més dans le Rhône. De­puis, cette es­pèce in­va­sive et exo­tique, conti­nue son ex­pan­sion. Si elle est réelle en Ré­gion Rhône­Alpes, elle semble ce­pen­dant moins ra­pide que dans l’Ouest de la France, par où elle est ar­ri­vée de Chine en 2004 pour oc­cu­per au­jourd’hui près de la to­ta­li­té du ter­ri­toire na­tio­nal. L’en­jeu pour Rhône­Alpes est main­te­nant de dé­truire les pre­miers nids avant que l’invasion ne soit plus maî­tri­sable.

Très peu agres­sif en­vers l’homme lors­qu’il est en so­li­taire, le fre­lon asia­tique dé­fend pour­tant son nid si quel­qu’un s’en ap­pro­

che, en at­ta­quant de fa­çon grou­pée. Mais par­de­là ce pro­blème de san­té pu­blique, ce sont des en­jeux éco­no­miques et en­vi­ron­ne­men­taux qui ju­ti­fie la lutte contre l’ex­pan­sion de l’in­secte. « Le fre­lon asia­tique n’a

pas de pré­da­teurs, dé­truire les nids contri­bue à pro­té­ger la bio­di­ver­si­té, l’api­cul­ture et l’agri­cul­ture. C’est un re­dou­table pré­da­teur des abeilles », ex­plique Mi­chel Car­ton, pré­sident de la sec­tion api­cole du Grou­pe­ment de dé­fense sa­ni­taire (GDS) du Rhône.

Alors, man­da­tés par le pré­fet, la Fé­dé­ra­tion Ré­gio­nale de lutte et de Dé­fense contre les Or­ga­nismes Nui­sibles (FREDON) et la sec­tion api­cole du GDS com­mu­niquent et forment des ac­teurs pour lut­ter ef­fi­ca­ce­ment contre ce nou­veau ra­va­geur. « Le plan d’ac­tion se fait en trois temps mais il faut d’abord com­mu­ni­quer avec les mu­ni­ci­pa­li­tés et le grand pu­blic, les mar­cheurs, chas­seurs ou autres

per­sonnes proches de la na­ture pour qu’ils puissent iden­ti­fier les fre­lons et faire re­mon­ter les in­for­ma­tions », pré­sente Mi­chel Car­ton.

Il s’agit en­suite de créer un ré­seau de ré­fé­rence, en clair, une cin­quan­taine de per­sonnes, pour l’ins­tant prin­ci­pa­le­ment des api­cul­teurs, for­mées par la FREDON, ca­pables de re­con­naître les nids et de com­mu­ni­quer avec les mu­ni­ci­pa­li­tés et par­ti­cu­liers. La « pierre an­gu­laire du sys­tème », se­lon le pré­sident du GDS et la der­nière étape avant la des­truc­tion du nid par des so­cié­tés spé­cia­li­sées. Un ré­seau qu’il est en­core pri­mor­dial d’étof­fer.

C’est à par­tir du dé­but du mois de juillet jus­qu’à la fin de l’au­tomne que la re­cherche des nids est la plus ef­fi­cace. Le nombre de fre­lons ayant aug­men­té et les nids ayant at­teint une taille im­por­tante, les ob­ser­va­tions sont plus fa­ciles.

Un pre­mier nid dé­truit à Saint-Ju­lien-sur-Bi­bost

Un pre­mier nid a été trou­vé dans le dé­par­te­ment du Rhône. Alors que ces in­sectes sont très sou­vent si­tués en hau­teur dans de grands arbres, la co­lo­nie dé­cou­verte à Saint­Ju­lien sur Bi­bost avait, elle, élue do­mi­cile dans un buis­son à hau­teur d’homme, dans un pré, en pé­ri­phé­rie du centre du vil­lage. Il a été dé­truit mar­di 29 août à l’aide d’un in­sec­ti­cide vé­gé­tal, un puis­sant neu­ro­toxique tuant les in­sectes.

Un pro­blème per­siste pour­tant, ce­lui du fi­nan­ce­ment des ac­tions. « Nor­ma­le­ment, la des­truc­tion des nids est lais­sée à la charge des pro­prié­taires du ter­rain sur le­quel il se trouve, ex­plique Mi­chel Car­ton. Mais ce­la re­pré­sente un coût im­por­tant. Nous avons donc pris contact avec le Con­seil dé­par­te­men­tal et les dif­fé­rentes com­mu­nau­tés de com­munes du sec­teur pour de­man­der de l’aide. Nous avons eu des re­tours plu­tôt fa­vo­rables mais pas de nou­velles de la Mé­tro­pole lyon­naise. »

NEU­RO­TOXIQUE. La des­truc­tion consti­tue la phase ul­time des ac­tions en­ga­gées mais aus­si la plus com­plexe. PHO­TO M.P

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.