Vio­lay avance et n’ou­blie pas son pas­sé

La mu­ni­ci­pa­li­té a inau­gu­ré les tra­vaux qui viennent d’être exé­cu­tés sur la com­mune

Le Pays Roannais (Tarare) - - Montagnes Du Matin - Ma­glie Bur­ni­chon

Ce sa­me­di 2 sep­tembre était l’oc­ca­sion pour Vé­ro­nique Ch­ve­rot, maire, ac­com­pa­gnée no­tam­ment de Cé­cile Cu­kier­man, sé­na­trice, de jouer les guides tou­ris­tiques et de pré­sen­ter le nou­veau vi­sage de Vio­lay.

Ain­si, sous le froid et les gouttes, de nom­breux Vio­lay­siens sont ve­nus dé­cou­vrir le ré­sul­tat des tra­vaux des­ti­nés à re­des­si­ner leur village. Ani­més par un même amour pour leur com­mune, pe­tits et grands ont ra­pi­de­ment été hap­pés par les ex­pli­ca­tions de Vé­ro­nique Cha­ve­rot et l’as­sem­blée s’est mise en marche en di­rec­tion du nou­veau lo­cal voi­rie si­tué en haut du village. Les cinq agents tech­niques char­gés de l’ac­cueil ont pré­sen­té avec fier­té leur nou­veau lieu de tra­vail.

Le dé­pôt per­met main­te­nant de sor­tir chaque vé­hi­cule in­dé­pen­dam­ment grâce à la mise en place de deux grands por­tails, et les agents peuvent oeu­vrer avec du ma­té­riel consé­quent et des an­nexes (cui­sines, ves­tiaires, sa­

ni­taires…) ré­pon­dant aux normes d’hy­giène et de sé­cu­ri­té.

En re­des­cen­dant la rue SaintRoch, trois fa­çades ont fait peau neuve dans le quar­tier le plus an­cien de Vio­lay : la fresque sur la mai­son Blein pré­sen­tant les atouts du village a été ra­fraî­chie, la par­tie fron­tale de l’église a été re­peinte et mal­gré le manque de so­leil ce jour­là, elle ren­voyait tout son éclat. En­fin, le trompe­l’oeil, oeuvre de Ra­phaël Gui­chard et Sté­phane Moul­lier, at­tire tous les re­gards. Si à pre­mière vue, ce sont les com­merces qui ont dé­ve­lop­pé Vio­lay qui ap­pa­raissent, en s’en ap­pro­chant, on dé­couvre des sub­ti­li­

tés et des dé­tails. Par­mi eux, on trouve la date de créa­tion de la so­cié­té Lin­der, une marque de sau­cis­sons des éta­blis­se­ments Ro­che­billard et Blein, une spé­ci­fi­ci­té des chaus­sures Cha­ve­rot, ou en­core des fe­nêtres de l’hô­tel Per­rier, co­pies conformes des vraies si­tuées juste en face… Aux abords de cette oeuvre, on trouve celles des agents tech­niques : les murs en pierres fa­çon­nés par Pierre Ga­rin et Ra­chid Bou­de­heb, les pe­louses, le pot à lait qui dé­verse sa blan­cheur, la cas­cade ani­mée par les eaux de source re­je­tées par la fon­taine de l’église.

L’as­sem­blée s’est di­ri­gée en­ suite en bas de la cure, pour prendre le sen­tier qui mène à la Halle du ran­don­neur, sen­tier or­né d’un bel arbre de la li­ber­té, plan­té le 14 juillet 1989 par Ro­bert Stumpp, maire de l’époque, dé­cé­dé en 2015. Si au­jourd’hui se construit sur les forces d’hier, la com­mune n’ou­blie pas que Vio­lay n’au­rait pas si beau vi­sage sans le coeur qu’a mis M. Stumpp à le des­si­ner.

De­vant la Halle du ran­don­neur en­suite, c’est donc aux cô­tés de Mme Stumpp, que Mme Cha­ve­rot a dé­voi­lé le nom du square. Le square Ro­bertS­tumpp, qui sym­bo­lise son dé­ voue­ment, sa pas­sion, sa fi­dé­li­té et son en­ga­ge­ment pour faire de Vio­lay un village fort éco­no­mi­que­ment, un village dans le­quel on a en­vie de vivre et un village dont on peut être fier. Son fils di­sait d’ailleurs, qu’à la lec­ture du jour­nal quo­ti­dien que te­nait son pa­pa, il avait dé­cou­vert que Ro­bert Stumpp, dès 1978­1979, s’in­ter­ro­geait dé­jà sur l’ou­ver­ture de la mai­son Pi­lon et l’avait pour ce­la ins­crite en ré­serve fon­cière. 40 ans après, le pro­jet se réa­lise grâce aus­si, à l’ac­cord des pro­prié­taires du pas­sage, M. et Mme Gou­tailler. Et si « le hasard, c’est peut­être la si­gna­ture de Dieu lors­qu’il veut res­ter ano­nyme » di­sait Théo­phile Gau­tier, la Halle du ran­don­neur c’est sans au­cun doute le coup de pouce de Ro­bert Stumpp.

Mme Cu­kier­man conclut en­suite que même « si les choix d’in­ves­tis­se­ments dans les com­munes sont dif­fi­ciles, la me­sure de l’éco­no­mie lo­cale est tou­jours un en­jeu pris en compte. Ce sont des dé­penses saines, dans l’in­té­rêt des hommes et des femmes qui vivent dans nos com­munes ».

Trois inaugurations faites le même jour

LO­CAL VOI­RIE. De bonnes condi­tions de tra­vail et le sou­rire des agents.

TROMPE-L’OEIL. Et si on al­lait prendre un ca­fé.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.