La ré­si­dence Co­lette-Ter­rier et la place Re­né-Cor­gier inau­gu­rés

Le Pays Roannais (Tarare) - - Pays De Ta­rare -

Sa­me­di 4 no­vembre, l’inau­gu­ra­tion de la ré­si­dence Co­lette­Ter­rier et de la place Re­né­Cor­gier a com­men­cé par un bel hom­mage : « La com­mune de Val­sonne sait d’où elle vient, sait com­ment se re­nou­ve­ler et se construire un bel ave­nir ». Les mots du maire Pa­trick Bour­ras­saut ont rai­son­né lors de l’inau­gu­ra­tion em­blé­ma­tique du tra­vail en­tre­pris par l’équipe mu­ni­ci­pale de­puis deux man­dats. Il a d’ailleurs sou­hai­té as­so­cier Lu­cien Danve (maire de 2007 à 2014) à cette cé­ré­mo­nie, car c’est sous son man­dat qu’il a été dé­ci­dé d’en­ga­ger cette opé­ra­tion, sym­bo­lique à trois ni­veaux.

Une di­men­sion his­to­rique

Le bâ­ti­ment a été édi­fié sur l’em­pla­ce­ment d’une an­cienne usine tex­tile construite après la Pre­mière Guerre mon­diale et agran­die, après la se­conde, par l’en­tre­prise Ro­chon. Une soixan­taine de per­sonnes tra­vaillait dans cet éta­blis­se­ment em­blé­ma­tique, sur ses mé­tiers mé­ca­niques (Tis­sages Son­ne­ry puis Ro­sier). À la fin des an­nées 70, avec le dé­clin de l’in­dus­trie tex­tile, le bâ­ti­ment a été ra­che­té par Re­né Cor­gier qui en fait un bar ­ épi­ce­rie pour de­ve­nir en­suite un ga­rage au­to­mo­bile te­nu par JeanYves Ros­set (1er ad­joint). Il a été cé­dé à la com­mune, en 2011, par la fa­mille Cor­gier. C’est donc tout na­tu­rel­le­ment que la place se si­tuant de­vant le bâ­ti­ment a été bap­ti­sée du nom de Re­né Cor­gier, qui a par ailleurs été maire de Val­sonne de 1980 à 2001. « C’est pour moi le maire de mon en­fance et de ma jeu­nesse. J’en ai conser­vé l’image em­blé­ma­tique de nos com­munes ru­rales, ges­tion­naire pru­dent mais en­tre­pre­neur dans l’âme, pa­ter­na­liste, dé­voué, veillant à la bonne qua­li­té de vie de ses ad­mi­nis­trés. Il a su trans­for­mer notre com­mune par l’im­plan­ta­tion d’en­tre­prises et par la construc­tion d’équi­pe­ments telle l’école ma­ter­ La ré­si­dence Co­lette-Ter­rier et la place Re­né-Cor­gier of­fi­ciel­le­ment inau­gu­rés.

Pa­trick Bour­ras­saut a eu une pen­sée pour Mme Cor­gier : « Elle était im­pa­tiente de voir le pro­jet avan­cer et au­rait ai­mé être par­mi nous pour voir cet en­droit re­vivre sous une forme dif­fé­rente ».

nelle. Il a pré­pa­ré Val­sonne à abor­der le XXI siècle ! »

Un vil­lage re­dy­na­mi­sé

De­puis 2011, le vil­lage se re­dy­na­mise : créa­tion d’une bou­lan­ge­rie­pâ­tis­se­rie (jan­vier 2012), ou­ver­ture d’un bar­tabac­épice­

rie­jeux (dé­cembre 2013), amé­na­ge­ment d’un lo­ge­ment au­des­sus des com­merces, dé­mo­li­tion de l’an­cienne usine par Epo­ra après désa­mian­tage et construc­tion par SEM­CO­DA d’un bâ­ti­ment de dix lo­ge­ments.

La com­mune a créé des lieux de vie, de ren­contre, une ac­ti­vi­té éco­no­mique et a ren­for­cé l’at­trac­ti­vi­té. On trouve tous les pro­duits de pre­mière né­ces­si­té, sans de­voir se dé­pla­cer.

Cette opé­ra­tion est aus­si un bel exemple de réuti­li­sa­tion d’es­pace ur­ba­ni­sé pour re­cons­truire « la ville sur la ville », faire évo­luer ces zones plu­tôt que de consom­mer des terres agri­coles.

Au to­tal, la com­mune au­ra in­ves­ti près d’un mil­lion d’eu­ros pour réus­sir ce pro­jet, entre les ac­qui­si­tions et les tra­vaux (sans em­prunt). Un in­ves­tis­se­ment qui n’au­rait pas été pos­sible sans l’ac­tion de Co­lette Ter­rier. Elle a lé­gué à la com­mune l’en­semble de ses biens. « Afin d’ho­no­rer sa mé­moire et de la re­mer­cier de son don pour l’in­té­rêt gé­né­ral, nous avons sou­hai­té que ce nou­veau bâ­ti­ment puisse por­ter son nom. Je suis très heu­reux de pou­voir au­jourd’hui lui rendre cet hom­mage ».

Val­sonne se tourne vers l’ave­nir

Le vil­lage man­quait de pe­tits lo­ge­ments en ca­pa­ci­té d’ac­cueillir des per­sonnes seules ou des fa­milles mo­no­pa­ren­tales, ce qui pou­vait ame­ner cer­tains Val­son­nais à de­voir quit­ter la com­mune. C’est pour­quoi la ré­si­dence est com­po­sée de cinq T2 et cinq T3 (sept lo­ge­ments sont dé­jà at­tri­bués). « Nous avons aus­si sou­hai­té que ce bâ­ti­ment si­tué au coeur du vil­lage, à proxi­mi­té des com­merces, soit in­té­gra­le­ment ac­ces­sible, ce qui est le cas de l’en­semble des lo­ge­ments. Il s’agit par ailleurs du pre­mier im­meuble de la com­mune qui dis­pose d’un as­cen­seur ».

La réuti­li­sa­tion d’es­pace ur­ba­ni­sé pour re­cons­truire « la ville sur la ville »

FA­MILLE COR­GIER.

RU­BAN.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.