Haine sans fron­tières

Le Pays Roannais (Tarare) - - Zapping - Pierre-Fran­çois Che­tail

« La haine des mé­dias et de ceux qui les animent est juste et saine. » La vio­lence de ces pro­pos, contre ce qui est cen­sé consti­tuer un pi­lier de la dé­mo­cra­tie, est forte. C’est pour­tant à peine si elle choque au­jourd’hui, bien qu’éma­nant d’un can­di­dat à la pré­si­den­tielle ayant ré­col­té près de 20 % des voix en 2017. Il est vrai que Jean-Luc Mé­len­chon a ha­bi­tué tout le monde à ses ou­trances po­pu­listes. Et que ses ad­ver­saires po­li­tiques ne parlent pas de la presse en de bien meilleurs termes. C’est de­ve­nu une ha­bi­tude. Fran­çois Fillon, du­rant ses mee­tings, ai­mait dé­jà, il y a un peu plus d’un an, faire sif­fler les jour­na­listes par une salle de mi­li­tants chauf­fés à blanc, à la ma­nière d’un Do­nald Trump. Quand le chef des Ré­pu­bli­cains ac­tuel Laurent Wauquiez évoque le « bull­shit (lit­té­ra­le­ment « merde de taureau ») mé­dia­tique ». De la gauche ra­di­cale à la droite tra­di­tion­nelle, on suit al­lè­gre­ment la voie tra­cée par la fa­cho­sphère, qui a af­fi­ché en pre­mier sa dé­tes­ta­tion des « jour­na­lopes de mer­dias ». Cette « haine du jour­na­lisme », qui s’est bien dif­fu­sée dans toutes les strates de la so­cié­té, ex­plique d’ailleurs le clas­se­ment mé­diocre de la France par Re­por­ters sans fron­tières. En 33e po­si­tion (dans son clas­se­ment mon­dial de la li­ber­té de la presse dé­voi­lé ce mer­cre­di 25 avril). Les jour­na­listes de la presse lo­cale, dont ce­la fait au­jourd’hui par­tie du mé­tier d’être ré­gu­liè­re­ment vi­li­pen­dés, voire in­ju­riés, n’échappent pas à ce cli­mat dé­lé­tère. Et là en­core, comme au ni­veau na­tio­nal, quelques élus n’hé­sitent pas à mon­ter en pre­mière ligne pour af­fi­cher leur dé­goût à notre égard…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.