Le Kracht­bal est le sport na­tio­nal

Il pros­père dans les Monts du Lyon­nais de­puis 15 ans grâce à l’im­pli­ca­tion d’une poi­gnée de jeunes

Le Pays Roannais (Tarare) - - La Une - Jeanne Ber­nar­don

Si les Monts du Lyon­nais for­maient un État, le Kracht­bal en se­rait sans l’ombre d’un doute le sport na­tio­nal. Zoom sur cette dis­ci­pline éton­nante qui fête ses 15 ans de pré­sence à SaintSym­pho­rien-sur-Coise.

Kracht­bal, ou la « balle de force ». Ce nom n’est sû­re­ment pas in­con­nu des ha­bi­tants des Monts du Lyon­nais, où ce sport est of­fi­ciel­le­ment né il y a 15 ans. Mais pour les autres, un pe­tit en­traî­ne­ment s’im­pose.

Ain­si na­quît le Kracht­bal à St-Symph’

Pre­nez un « me­de­cine ball », un bal­lon qui peut pe­ser jus­qu’à 4 kg, un ter­rain à peine plus long qu’un ter­rain de hand­ball, 8 joueurs ou joueuses un peu cos­tauds et pro­non­cez en bon fla­mand le son [Krak­ball]. Vous y êtes. Vous dé­te­nez main­te­nant la base pour com­prendre ce sport com­plet, tout ce qui a de plus sé­rieux, en­core méconnu dans beau­coup de pays d’Eu­rope, et dont le noyau de l’équipe de France se trouve… à Saint­Sym­pho­rien­surCoise.

In­ven­té dans les an­nées 1960 en Bel­gique par un ki­né/pro­fes­seur d’EPS, il est à la base un ex­cellent exer­cice de ren­for­ce­ment mus­cu­laire ou de ré­édu­ca­tion. Le sport prend de l’am­pleur en Eu­rope à l’orée des an­nées 2000 et dé­barque un beau jour dans les Monts du Lyon­nais grâce à As­trid de Witte, ki­né­si­thé­ra­peute à Saint­Sym­pho­rien­surCoise, élue cinq fois meilleure joueuse de Kracht­bal en Bel­gique. En 1999, une équipe de 10 jeunes est consti­tuée au ly­cée Champagnat, em­me­née par M. Hi­vert, pro­fes­seur d’EPS. Elle porte le maillot tri­co­lore. La même an­née, les ly­céens sont sa­crés vice­cham­pions d’Eu­rope, der­rière des Belges ex­pé­ri­men­tés et re­dou­tables.

« À l’époque, les joueurs des 11 pays d’Eu­rope à par­ti­ci­per à la compétition étaient tous no­vices. Le sport com­men­çait tout juste à se dé­ve­lop­per hors des fron­tières belges », re­late Ju­lien Du­mon, pré­sident de l’AS Kracht­bal, le club fon­dé en 2004 à Saint­Sym­pho­rien, et joueur de la pre­mière heure. Forte de ce suc­cès in­at­ten­du, la di­zaine de ly­céens s’ac­croche. Des en­traî­neurs sont for­més.

Ces jeunes se lancent alors le dé­fi de mon­ter une équipe pour les cham­pion­nats du monde de 2003. Ils réus­sissent l’ex­ploit et gra­vissent la pre­mière marche du po­dium. C’est un dé­mar­rage sur les cha­peaux de roues pour le Kracht­bal dans les Monts du Lyon­nais. Mal­gré plu­sieurs ten­ta­tives de dé­ve­lop­per ce sport ailleurs en France, il reste can­ton­né entre Rhône et Loire. Au fil des ans, quelques clubs éphé­mères ont en ef­fet vu le jour dans d’autres villes de l’Hexa­gone, la plu­part du temps por­tés par d’anciens joueurs de Saint­Sym­pho­rien.

Au­jourd’hui, leur club fé­dère une cin­quan­taine de li­cen­ciés. « Mais il est vieillis­sant », sou­ligne le pré­sident.

« Il ne suf­fit pas d’avoir de gros muscles pour ga­gner, il faut de la stra­té­gie »

« Du sang neuf se­rait le bien­ve­nu »

Les ly­céens de l’époque ont bien gran­di, « du sang neuf se­rait le bien­ve­nu », pour­suit Ju­lien Du­mon. Chaque an­née, le club pro­pose des ini­tia­tions dans les MJC et les col­lèges. En parallèle des tour­nois in­ter­na­tio­naux de Kracht­bal dans les Monts du Lyon­nais, dont la 15e édi­tion s’est te­nue à la mi­mai à Duerne, le Fun­kracht per­met aux dé­bu­tants de s’ini­tier à la pra­tique en 2 contre 2. ■

Plus d’in­fos. www.as­kracht­bal.fr. Contact : ju­lien – du­mon@ya­hoo.fr ; 06.11.74.07.67.

PHO­TO D’AR­CHIVES AS KRACHT­BAL

COM­PLET. Un sport à 4 contre 4 qui de­mande en­du­rance, ré­sis­tance et stra­té­gie.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.