La cha­pelle de Mont­supt ouvre ses portes

Le Pays Roannais (Tarare) - - Montbrisonnais Vie Locale - ➡ Sources bi­blio­gra­phiques. Al­bert Bay­rou, Contri­bu­tion à l'his­toire de Mont­supt et Saint-Georges-Hau­teVille, 1990, bi­blio­thèque de la Dia­na.

Culmi­nant à 642 mètres au­des­sus de la plaine, le pic de Mont­supt est riche d’un pas­sé his­to­rique que l’on a de nos jours du mal à per­ce­voir, tant les ves­tiges sont peu nom­breux. Et pour­tant, se­lon le Groupe de re­cherches ar­chéo­lo­giques de la Loire (Gral), l’his­toire de Mont­supt re­mon­te­rait à l'An­ti­qui­té : des tuiles à re­bords gal­lo­ro­maines ont été dé­cou­vertes en par­tie som­mi­tale.

Car­rière de pierres

Le pic est men­tion­né pour la pre­mière fois en 1167 sous le nom de « cas­tel­lum de Monte Seupt ». Le châ­teau de Mont­supt ap­pa­raît en 1451 dans l’Ar­mo­rial du Fo­rez de Guillaume Re­vel, hé­raut d’armes de Charles 1er, duc de Bour­gogne. Il se com­pose d’un don­jon, en­tou­ré de quelques mai­sons et d’un rem­part. Ce pe­tit lieu for­ti­fié est alors des­ti­né à sur­veiller l’an­cienne voie ro­maine dite « Voie Bol­lène », en­core em­prun­tée au Moyen­Âge. Le cas­tel ap­par­tient au XIIe siècle au comte de Fo­rez Guy II puis échoit au XVIIe siècle dans les pro­prié­tés de Ga­brielle d’Al­lon­ville.

Au cours de la Ré­vo­lu­tion fran­çaise, le châ­teau sert de car­rière de pierres aux ha­bi­tants de Saint­ Georges­Haute­Ville. JeanF­ran­çois Ma­ze­nod l’ac­quiert au XVIIIe siècle mais de la de­meure ne sub­siste que le don­jon. Au­jourd’hui, il ne reste des for­ti­fi­ca­tions qu’une tour éven­trée et quelques pans du mur d’en­ceinte.

Ou­verte de ma­nière ex­cep­tion­nelle

La pe­tite cha­pelle ro­mane dé­diée à Sainte Ma­rieMa­de­leine date, elle, du XIIIe siècle. Elle ser­vait pro­ba­ble­ment d’édi­fice re­li­gieux au châ­teau. Un texte la si­gnale en 1375. Elle est consti­tuée d'une pe­tite nef et d’une ab­side po­ly­go­nale, sur­mon­tée d'un clo­cher­mur en deux ar­cades, avec deux pe­tites cloches. Long­temps lais­sée à l’aban­don, la cha­pelle a ré­cem­ment été ré­no­vée mais est ra­re­ment ou­verte. L’ex­po­si­tion an­nuelle es­ti­vale, la fête mé­dié­vale, la fête des lu­mières le 8 dé­cembre et les Jour­nées eu­ro­péennes du Pa­tri­moine sont l’oc­ca­sion de dé­cou­vrir l’in­té­rieur de l’édi­fice.

Les bé­né­voles de l’as­so­cia­tion pour la pro­tec­tion du pic se­ront pré­sents sur le site tout au long de ce week­end : sa­me­di 15 sep­tembre de 15 à 19 heures et di­manche 16 sep­tembre de 9 à 12 heures puis de 15 à 19 heures. ■

FRESQUE. La fresque peinte der­rière l’au­tel re­pré­sente Saint Laurent (à gauche) et Sainte Ma­rie-Ma­de­leine (à droite) ré­com­pen­sés par l'ange.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.