L’avis du Parc du Perche : « la prio­ri­té, ré­duire les in­trants »

Le Perche - - Environnement -

L’uti­li­sa­tion du gly­pho­sate, sub­stance chi­mique se trou­vant dans les pes­ti­cides et désher­bants les plus connus, no­tam­ment le Roun­dup, a fait ré­agir le Parc na­tu­rel ré­gio­nal du Perche. Jean-Mi­chel Bou­vier, son pré­sident, s’ex­plique :

« Dès 1998, la Charte du Parc ins­cri­vait par­mi ses prio­ri­tés la ré­duc­tion des in­trants, gly­pho­sate et autres, dans l’agri­cul­ture per­che­ronne. On peut prendre les choses par le pe­tit bout de la lor­gnette, c’est-à-dire un pro­duit mis en cause, ou voir les choses plus glo­ba­le­ment : c’est ce que le Parc a choi­si de faire dans une lo­gique de dé­ve­lop­pe­ment et de struc­tu­ra­tion de bonnes pra­tiques agri­coles.

Ré­duire les pro­duits phy­to­sa­ni­taires

Ce­la si­gni­fie à la fois ré­duc­tion des in­trants, mais aus­si mé­thodes cultu­rales fa­vo­rables à la bio­di­ver­si­té, di­ver­si­fi­ca­tion vé­gé­tale, iden­ti­fi­ca­tion et pré­ser­va­tion d’un ré­seau des haies et bos­quets… Nous avons donc cher­ché à construire avec les agri­cul­teurs vo­lon­taires un par­te­na­riat pri­vi­lé­gié.

Il porte ses fruits puisque 5 900 hec­tares agri­coles font l’ob­jet de contrats de Me­sures Agro- en­vi­ron­ne­men­tales et cli­ma­tiques ( MAEC). Sur ces sur­faces, les agri­cul­teurs s’en­gagent à di­mi­nuer de 50 % l’uti­li­sa­tion de pro­duits phy­to­sa­ni­taires. Mais dé­jà beau­coup font des ef­forts bien au-de­là, re- voient leur as­so­le­ment, trouvent des al­ter­na­tives et n’en uti­lisent plus du tout.

La fi­lière de la ba­guette du Perche, pro­duit Va­leurs Parc du Perche, dé­montre aus­si que d’autres pra­tiques sont pos­sibles, en l’oc­cur­rence le se­mis de plu­sieurs va­rié­tés de blés mé­lan­gées.

Agro-éco­lo­gie

Cette tech­nique per­met de di­mi­nuer consi­dé­ra­ble­ment les in­trants. En­fin, l’agri­cul­ture bio­lo­gique, qui in­tègre la bio­di­ver­si­té en tant que fac­teur de pro­duc­tion, est en­cou­ra­gée sur le ter­ri­toire du Parc : l’Es­pace-test agri­cole du Perche créé par le Parc a dé­jà per­mis l’émer­gence de cinq lieux-test en pro­duc­tion bio­lo­gique.

L’agro-éco­lo­gie fi­gure par­mi les nou­velles prio­ri­tés que se donne le Parc pour les an­nées à ve­nir, afin de pous­ser plus loin cette co­opé­ra­tion et ac­com­pa­gner en­core plus con­crè­te­ment les agri­cul­teurs du Perche.

Pas plus tard que cette se­maine, le Parc pro­pose une jour­née de dé­cou­verte de la ré­gé­né­ra­tion na­tu­relle de la haie. Une di­zaine de ki­lo­mètres de haie se­ront re­plan­tés en dé­but d’an­née dans la Cdc des Hauts du Perche. L’agro­fo­res­te­rie se dé­ve­loppe dans le Perche…

Il y a une vraie prise en compte glo­bale de tous ces en­jeux de san­té, d’en­vi­ron­ne­ment, de pay­sage par le monde agri­cole. Le Parc conti­nue­ra à im­pul­ser et ac­com­pa­gner ces évo­lu­tions. »

Jean-Mi­chel Bou­vier, pré­sident du Parc na­tu­rel ré­gio­nal du Perche : « une vraie prise en compte glo­bale de tous ces en­jeux de san­té ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.