Les pa­tients montent des courts­mé­trages sur Ca­mille Clau­del

Le Petit Bleu - - DINAN VILLE DE - Xa­vier BIZOT (CLP)

Deux courts-mé­trages sur Ca­mille Clau­del ont dé­jà été dif­fu­sés au ci­né­ma de Di­nan, ces mois der­niers. Mais il en reste en­core quatre à mon­ter. Ce cycle ci­né­ma à l’hô­pi­tal Saint­Jean-de-Dieu, dé­nom­mé « Hors les murs », est com­po­sé de di­verses ac­ti­vi­tés thé­ra­peu­tiques.

Sous la hou­lette du réa­li­sa­teur, Gilles Blan­chard, une ving­taine de pa­tients à tour de rôle, en groupe de trois, ont com­men­cé à réa­li­ser le mon­tage des courts-mé­trages sur or­di­na­teur.

Le pro­jet « Ca­mille » ar­rive bien­tôt à son terme. « L’en­semble des six do­cu­men­taires se­ra dif­fu­sé le 21 no­vembre au ci­né­ma Eme­raude de Di­nan. Les pa­tients, mais éga­le­ment les élèves in­fir­mières se­ront in­vi­tés lors de cette séance. Nous avons le pro­jet de faire la même chose, une ex­po­si­tion et la dif­fu­sion des courts-mé­trages, à SaintB­rieuc, l’an pro­chain », re­late le ci­néaste.

L’art- thé­ra­peute Su­san­na Bard­sley in­dique : « C’est rare de réa­li­ser quelque chose qui dure aus­si long­temps avec une telle im­pli­ca­tion des pa­tients et des soi­gnants. Ils vont tra­vailler cet été du­rant quatre se­maines. Les pa­tients sont ain­si sol­li­ci­tés sur un autre champ que le quo­ti­dien. Cette ré­ha­bi­li­ta­tion psy­cho­so­ciale per­met de vivre en au­to­no­mie maxi­male par rap­port au monde ex­té­rieur. Ils réa­lisent aus­si un tra­vail de psy­cho­mo­tri­ci­té avec la ma­ni­pu­la­tion de la sou­ris. »

C’est ain­si que Da­niel, Fran­çois ou en­core Joël pour ne ci­ter qu’eux, ont mis tout leur coeur dans le mon­tage d’un court-mé- trage in­ti­tu­lé « Les Cau­seurs » , fai­sant ré­fé­rence à la sculp­ture Les Cau­seuses, de Ca­mille Clau­del.

Fran­çois re­late : « On a com­men­cé par trou­ver un nom au do­cu­men­taire. Avec Gilles, nous ap­pre­nons plein de choses dif­fé­rentes, comme par exemple, com­ment re­ti­rer du son pour le col­ler sur une image, dé­pla­cer le son, faire cou­lis­ser l’image. » De son cô­té, Da­niel, tout à la fois mon­teur du court-mé­trage, mais éga­le­ment ac­teur dans ce­lui-ci avoue : « C’est une sen­sa­tion agréable d’être fil­mé, puis de se voir, mais ce­la fait tout de même un peu peur. »

Chaque court-mé­trage du­re­ra entre 10 et 15 mi­nutes. Ce tra­vail est éga­le­ment un mo­ment de plai­sir et de par­tage pour les pa­tients, et qui par­fois les ins­pire. Comme Da­niel qui, chaque jour, réa­lise un des­sin ti­ré de l’oeuvre de Ca­mille Clau­del.

« Les Cau­seurs »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.