Les ports fran­çais se vident de leurs yachts

Le Petit Journal - Catalan - - LA UNE - BJP

Bon­jour, je m’ap­pelle So­crate. En­fin ça c’est mon nom com­mun, car je suis d’une li­gnée quelque peu su­pé­rieure ! Mon maître m’a pro­po­sé de par­tir en va­cances chez sa ma­man qui ha­bite Sa­leilles. Je n’étais pas en­chan­té au dé­but d’al­ler vers cette contrée loin­taine où pa­rait-il, il fait très chaud, mais bon j’ai dit oui. En fait, je n’avais pas vrai­ment le choix. Mais ayant ap­pris que des col­lègues à moi ont dé­jà par­cou­ru à pied (ou à pattes), les 800 km qui al­laient me sé­pa­rer de ma Franche-Com­té na­tale me ras­su­rait un peu. Ah oui, j’ai ou­blié de vous dire que j’étais un ma­gni­fique fé­lin de la race Maine Coon et que j’avais deux ans bien son­nés. Ma grand-mère d’adop­tion m’a re­çu comme un prince, sauf que le jour de mon ar­ri­vée, un cer­tain lun­di 10 juillet, j ‘ai été ac­cueilli par un orage de grêle dont je me sou­viens en­core. C’était vrai­ment pas sym­pa sur­tout pour quel­qu’un comme moi qui ai hor­reur de l’eau. Alors de l’eau so­lide en plus, un vrai cau­che­mar. Heu­reu­se­ment, dès le len­de­main ma gen­tille ma­my m’a ache­té de su­perbes lu­nettes de so­leil, et j’ose le dire, de­puis, je fais un peu le mi­net sur la côte. En plus tous les gens de Sa­leilles sont gen­tils avec moi, ils veulent tous me ca­res­ser et çà, je ne dé­teste pas. Si vous me croi­sez en ville, dites-moi un pe­tit bon­jour, je vous fe­rai signe d’un pe­tit coup de patte.

Moi au dé­part. Je n’en me­nais pas large...

De­puis, je me sens beau­coup mieux !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.