Pas­sage re­mar­qué d'un gros mé­téore

Le Petit Journal - Catalan - - PERPIGNAN -

Le pas­sage d'un gros mé­téore a été par­ti­cu­liè­re­ment re­mar­qué dans le sud de la France ven­dre­di soir, sus­ci­tant de nom­breuses ré­ac­tions sur les ré­seaux so­ciaux et de mul­tiples té­moi­gnages au­près des or­ga­ni­sa­tions scien­ti­fiques char­gées de leur ob­ser­va­tion.

Ce genre de "gros bo­lide" ou de "boule de feu" n'est pas ex­cep­tion­nel, des mé­téores de cette im­por­tance tra­ver­sant le ciel tous les quinze jours en­vi­ron, a in­di­qué à l'AFP Fran­çois Co­las, di­rec­teur de re­cherche au CNRS à l'Ob­ser­va­toire de Pa­ris et res­pon­sable du ré­seau Fri­pon (Fi­re­ball Re­co­ve­ry and In­ter­pla­ne­ta­ry Net­work) qui sur­veille les chutes de mé­téo­rites en France.

Mais il a pu être sui­vi par un nombre par­ti­cu­liè­re­ment im­por­tant d'ob­ser­va­teurs, en sur­ve­nant à 23H00 par beau temps, un soir d'été en pé­riode de va­cances: l'In­ter­na­tio­nal Me­teor Or­ga­ni­za­tion (IMO) a ain­si re­çu plus de 170 té­moi­gnages pro­ve­nant de toute la par­tie sud de la France, de Bor­deaux à Lyon, de Cler­mont-Fer­rand à Per- pi­gnan.

Un mé­téore vert rem­pli de mi­né­raux

Se­lon Louis d'Hen­de­court, di­rec­teur de re­cherches CNRS à l'Ins­ti­tut d'as­tro­phy­sique spa­tiale, in­ter­ro­gé par le jour­nal Sud Ouest, la cou­leur verte du mé­téore évo­quée par de nom­breux in­ter­nautes se­rait due à sa com­po­si­tion, no­tam­ment "la pré­sence de mi­né­raux qui se va­po­risent et émettent de la lu­mière".

Ce bo­lide "ra­sant", qui sui- vait une tra­jec­toire d'une in­cli­nai­son de 20°, est pas­sé au-des­sus du sud-ouest de la France et a "dis­pa­ru à la ver­ti­cale de Pé­ri­gueux à une hau­teur de 37 km", se­lon le ré­seau Fri­pon, dont une quin­zaine de ca­mé­ras ont pu le voir. "Il est pas­sé as­sez len­te­ment, à une vi­tesse de 18 km/s, il était vi­sible quand il était à 80 km d'al­ti­tude. C'est à peu près sûr qu'il s'est dés­in­té­gré avant d'ar­ri­ver sur le sol", a es­ti­mé Fran­çois Co­las.

Se­lon l'IMO, le mé­téore a été vi­sible pen­dant sept se­condes lors d'une course d'en­vi­ron 120 ki­lo­mètres entre les com­munes de Bru­ni­quel (Tarn-et-Ga­ronne) et Pey­zac-le-Mous­tier (Dor­dogne).

"L'ob­jet ini­tial de­vait faire entre 10 et 20 ou 30 cen­ti­mètres de dia­mètre, c'est suf­fi­sam­ment pe­tit pour qu'il dis­pa­raisse com­plè­te­ment. Pour qu'on ait une mé­téo­rite (qui touche terre), il faut que l'ob­jet fasse plu­tôt de l'ordre du mètre ou plus", a en­core ex­pli­qué M. Co­las, l'éva­luant à "quelques ki­lo­grammes".

Se­lon le ré­seau Fri­pon, une di­zaine de mé­téo­rites tombent chaque an­née en France.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.