Hô­tels, AirBnB et chambres d’hôte… pour qui ?

Les hô­tels doivent dé­sor­mais faire avec une mul­ti­tude de lo­ca­tions chez l’ha­bi­tant, qui ne s’adressent pas for­cé­ment à la même clien­tèle.

Le Petit Journal - Catalan - - LE POINT FORT -

Le co­ef­fi­cient de rem­plis­sage an­nuel est des hô­tels est roche des 70 %. Il n’y a pas as­sez de monde, pas tout le temps du moins. Les hô­tels de l’ag­glo­mé­ra­tion per­pi­gna­naise ac­cueillent sur­tout une clien­tèle de tra­vailleurs en dé­pla­ce­ment dans la plaine du Rous­sillon. « Des courts sé­jours de gens qui passent une à deux nuits et re­partent », ex­pliquent So­phie, une gé­rante.

En pa­ral­lèle, de­puis quelques an­nées, les chambres d’hôtes fleu­rissent, no­tam­ment avec l’es­sor d’AirBnB. Ils se­raient près de 130 lo­ge­ments dans la com­mu­nau­té d’ag­glo. « Beau­coup de chambres d’hôtes et de gîtes ont ou­vert avec AirBnB », ob­servent Thier­ry qui a trans­for­mé leur grange en gîte, dans le Val­les­pir. « Nous, on ne s’en­ri­chit pas, ob­servent les jeunes re­trai­tés. Ça fait vivre la ba­raque et de temps en temps on se paie un pe­tit res­tau… Et ce­la sans comp­ter l’in­ves­tis­se­ment de la ré­no­va­tion. » ex­pli­quant ne pas sen­tir cette concur­rence. « Je ne pense pas qu’on les em­bête, es­time-t-il. Je ne crois pas qu’AirBnB ait sa­bo­té l’hô­tel­le­rie comme ce­la peut être le cas à Bar­ce­lone ou à Pa­ris. » Leur clien­tèle est da­van­tage faite de va­can­ciers étran­gers.

« Le tou­risme est pa­ra­si­té »

S’il re­con­naît tra­vailler « en bonne in­tel­li­gence » avec les par­ti­cu­liers qui en­voient ré­gu­liè­re­ment des clients vers son res­tau­rant, So­phie n’est pas tout à fait d’ac­cord. « Quand ce­la n’exis­tait pas, cette clien­tèle al­lait à l’hô­tel », ob­jecte-t-elle. « Le tou­risme est pa­ra­si­té par les chambres d’hôtes, les gîtes et les lo­ca­tions AirBnB, as­sè­net-elle. Dans l’ab­so­lu, je n’ai rien contre mais il n’y pas suf­fi­sam­ment de vo­lume et ce qui me pose pro­blème, c’est l’ini­qui­té de trai­te­ment. »

Thier­ry « com­prend » ce point de vue, mais pré­cise qu’en tant que pro­fes­sion­nelle lui aus­si paye des taxes, « moins c’est sûr ». Dé­ci­dée à « faire avec », So­phie s’at­tend à un re­flux : « Comme dans tout sec­teur, l’ac­ti­vi­té va fi­nir par s’au­to­ré­gu­ler ».

Pour­tant, dans un vil­lage, quand l’hô­tel doit fer­mer c’est un gros manque pour le bourg. Dans l’hô­tel­le­rie, un hô­tel sans chambre ne peut pas vivre, c’est là que ce fait la marge. Et pour­tant, en ville, ils sont quelques-uns à ne plus pro­po­ser de chambres. Non pas qu’il n’y a pas de tra­vail mais les chambres ne ré­pon­daient plus aux normes et l’in­ves­tis­se­ment n’au­ra pas été ren­table.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.