Per­pi­gnan, Prades : halte aux des­truc­tions com­mer­ciales !

Le Petit Journal - Catalan - - Département - JK

La dé­gra­da­tion des coeurs de ville pro­vo­quée par la fo­lie com­mer­ciale des pé­ri­phé­ries est une ex­cep­tion fran­çaise, exa­cer­bée en Pays Ca­ta­lan. Mal­gré cette évi­dence dé­mon­trée parles sta­tis­tiques, la Com­mis­sion Dé­par­te­men­tale d’Amé­na­ge­ment Com­mer­cial des Py­ré­nées-Orien­tales (CDAC) per­siste. Le 4 oc­tobre, cette ins­tance pré­fec­to­rale a ap­prou­vé le pro­jet « Com­te­roux 2 », pré­vu sur 8000 m 2 , ave­nue d’Es­pagne à Per­pi­gnan. Pa­ral­lè­le­ment, à Prades, une en­seigne de ré­pa­ra­tion au­to­mo­bile nor­dique vient d’ou­vrir ses portes. Dans les deux cas, l’as­sè­che­ment des coeurs de ville pro­gres­se­ra en­core, car le rou­leau com­pres­seur des grands groupes se conjugue à l’aveu­gle­ment des au­to­ri­tés.Oui au Pays Ca­ta­lan, mou­ve­ment po­li­tique au ser­vice du ter­ri­toire, s’in­quiète de l’at­ti­tude de pré­ten­dus res­pon­sables ad­mi­nis­tra­tifs et po­li­tiques, dont les «amé­na­ge­ments » com­mer­ciaux sont en réa­li­té des des­truc­tions. Sec­teur par sec­teur, ils désha­billent les lieux où s’ex­prime le dia­logue. Les es­paces com­mer­ciaux ano­nymes brisent les échanges so­ciaux, les re­pères, l’iden­ti­té de notre ter­ri­toire. Cette mul­ti­pli­ca­tion des en­seignes en tous genres, à l’ex­té­rieur des lieux de vie tra­di­tion­nels, est ir­res­pon­sable. Elle pro­voque par­fois de dan­ge­reux trans­ferts de po­pu­la­tions, qui fra­gi­lisent nos centres-villes et me­nacent l’har­mo­nie so­ciale.Il est plus que temps de stop­per la stra­té­gie sui­ci­daire consis­tant à faire pas­ser le confort im­mé­diat du consom­ma­teur pour un pro­grès sur le long terme.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.