Les as­su­rances ob­sèques car­tonnent

Jus­qu’à 20 % de sous­crip­tions en plus chaque an­née. Parce que les prix des fu­né­railles n’ont ja­mais été aus­si hauts ?

Le Petit Journal - Catalan - - LA UNE -

En dix ans, le prix des pres­ta­tions de pompes fu­nèbres a ex­plo­sé : + 35 % d’aug­men­ta­tion ! Dans la plai­doi­rie de dé­fense du sec­teur fi­gu­raient, entre autres élé­ments, l’obli­ga­tion pour les fu­né­ra­riums d’adop­ter des règles d’amé­na­ge­ment plus dras­tiques que par le pas­sé, des ma­jo­ra­tions de prix, no­tam­ment pour l’achat de cor­billards (“du fait de la re­mon­tée du cours du dol­lar”), ain­si que la hausse des coûts sa­la­riaux.

Quoi qu’il en soit : la fin de vie, digne, d’un proche, re­pré­sente un in­ves­tis­se­ment im­por­tant, gé­né­ra­le­ment si­tué entre 3.000 et 5.000 €. Ce­la peut être moins, mais aus­si beau­coup plus. Peu im­porte qu’il s’agisse de cré­ma­tions ou d’in­hu­ma­tions, pra­ti­quées à peu près à équi­va­lence égale, et aux coûts as­sez proches.

Cette somme, im­por­tante et gran­dis­sante au fil du temps, a per­mis à un pro­duit d’as­su­rance co­rol­laire de prendre du ga­lon : l’as­su­rance fu­né­railles, au­tre­ment ap­pe­lée as­su­rance prise en charge d’ob­sèques. À ne pas confondre avec l’as­su­rance dé­cès, d’une toute autre na- ture.

Il n’existe pas de chiffres glo­baux pour sou­te­nir cet état de fait, mais la ten­dance est bien là. “On constate, de­puis quelques an­nées consé­cu­tives, une hausse im­por­tante, et constante, de la po­pu­la­ri­té des as­su­rances fu­né­raires. Chaque an­née, on ac­quiert à peu près 20 % de clients en plus pour ce type de pro­duits. Gé­né­ra­le­ment des plus de 50 ans, sou­cieux de dé­bar­ras­ser leur en­tou­rage des charges fi­nan­cières, par­fois très lourdes, que leur dé­cès im­pli­que­ra.” Même son de cloche chez un autre spé­cia­liste de l’as­su­rance ob­sèques “L’in­té­rêt pour l’as­su­rance ob­sèques est conti­nu de­puis plu­sieurs an­nées, et par­ti­cu­liè­re­ment mar­qué der­niè­re­ment.

Il y a plu­sieurs rai­sons à ce phé­no­mène : l’aug­men­ta­tion du prix des pres­ta­tions fu­né­raires, mais aus­si le dé­sir de sou­la­ger les proches, et pas seu­le­ment d’un point de vue fi­nan­cier. Un dé­cès est souvent sy­no­nyme de dis­cus­sions, et pas par­fois de ten­sions fa­mi­liales, au­tour de ques­tions comme la suc­ces­sion, mais aus­si l’or­ga­ni­sa­tion des ob­sèques.”

Pen­ser à as­su­rer ses propres fu­né­railles, pour sou­la­ger ceux qui res­te­ront : l’idée sé­duit

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.