Le maire dé­nonce des po­lé­miques in­fon­dées

Ré­ponses et ex­pli­ca­tions de M. Le maire

Le Petit Journal - Catalan - - La Une -

Suite aux grèves et conflits so­ciaux, no­tam­ment avec le syn­di­cat CGT, Mr le maire d’Elne, Yves Bar­niol a sou­hai­té ré­pondre et ap­por­ter des ex­pli­ca­tions aux ha­bi­tants de sa com­mune (et au­de­là) sur ces «agi­ta­tions» en­tre­te­nues et exa­gé­rées par cer­taines per­sonnes, par­fois ex­té­rieure, et a dé­cla­ré :

« Avec l’équipe ma­jo­ri­taire de la mai­rie d’Elne, je m’ex­prime ici sur le mou­ve­ment par­tiel du per­son­nel com­mu­nal amor­cé le 10 oc­tobre. Par sou­ci d’exac­ti­tude et de mo­ra­li­té, je sou­haite ré­ta­blir la simple vé­ri­té, car les élé­ments dis­til­lés par le syn­di­cat CGT sont ha­bi­le­ment biai­sés.

Du­rant l’été, trois agents m’ont com­mu­ni­qué leur état de souf­france pro­vo­qué par leur chef de ser­vice. La gra­vi­té des faits m’avait im­po­sé de di­li­gen­ter im­mé­dia­te­ment une en­quête in­terne. Celle-ci a ré­vé­lé des dys­fonc­tion­ne­ments or­ga­ni­sa­tion­nels et ma­na­gé­riaux de la part du chef de ser­vice, ain­si qu’un mé­pris des fonc­tion­naires ter­ri­to­riaux via les ré­seaux so­ciaux. Je dé­plore ce com­por­te­ment ir­res­pon­sable, échap­pant aux règles es­sen­tielles de la neu­tra­li­té. A l’in­verse des af­fir­ma­tions de la CGT, le chef de ser­vice ci­té n’a fait l’ob­jet d’au­cune sanc­tion dis­ci­pli­naire. Sa pé­riode de stage lui per­met­tant d’être nom­mé au grade su­pé­rieur a sim­ple­ment été pro­lon­gée. Une réunion d’apai­se­ment a été pro­po­sée dès le 13 oc­tobre au re­pré­sen­tant CGT de la mai­rie d’Elne qui ne s’est pas pré­sen­té à l’en­tre­vue. En pra­ti­quant la po­li­tique de la chaise vide, la CGT re­fuse le dia­logue, mais elle m’at­tri­bue cette

stra­té­gie. Quel renversement et quel cu­lot ! En outre, le syn­di­cat ci­té, friand de po­lé­miques sans fon­de­ment, m’at­tri­bue la sup­pres­sion des Contrats Ai­dés. Estce de la dés­in­for­ma­tion, de la mé­con­nais­sance des dos­siers na­tio­naux ou de la pro­vo­ca­tion ? En ef­fet, le 9 août der­nier, le gou­ver­ne­ment a choi­si de ré­duire for­te­ment ce dis­po­si­tif. Notre com­mune est évi­dem­ment étran­gère à ce chan­ge­ment. La CGT dé­nombre abu­si­ve­ment « une qua­ran­taine » (cf. In­dé­pen­dant du 20/10/2017)de­con­trats

de ce type dans notre com­mune, contre 17 dans la réa­li­té. Sans nul doute, le manque de sin­cé­ri­té et la vo­lon­té de nuire à l’ac­tion pu­blique que je mène sous-tendent le ré­cit er­ro­né que dé­roule ce syn­di­cat. An­cien ac­teur éco­no­mique de notre dé­par­te­ment, na­tu­rel­le­ment ou­vert au dia­logue, je dé­fends les ac­quis et les condi­tions de tra­vail du per­son­nel com­mu­nal. A cet ef­fet, l’ad­mi­nis­tra­tion illi­bé­rienne bé­né­fi­cie d’amé­lio­ra­tions pro­gres­sives et no­toires, à l’image des 96 agents ti­tu­laires (sur un to­tal de 117) pro­mus cette an­née à un avan­ce­ment de car­rière (grade/éche­lon). Les for­ma­tions et pré­pa­ra­tions aux concours sont for­te­ment sou­te­nues et en­cou­ra­gées pour un ser­vice aux ad­mi­nis­trés de plus grande qua­li­té.

Pour dé­pas­ser les en­fan­tillages et agir po­si­ti­ve­ment, j’ai pro­po­sé de ren­con­trer l’en­semble des re­pré­sen­tants du per­son­nel com­mu­nal (CGT, FA-FPT), ce mer­cre­di 25 oc­tobre. En li­bé­rant la pa­role, cette dé­marche avait vo­ca­tion à as­sai­nir les re­la­tions de tra­vail et à ga­ran­tir l’ef­fi­ca­ci­té ad­mi­nis­tra­tive de notre com­mune.

A ma grande sur­prise, la dé­lé­ga­tion CGT a re­fu­sé la dis­cus­sion et a quit­té la salle !

Mon ac­tion dé­coule de l’écoute, de la dis­cus­sion, des échanges et d’un temps de ré­flexion. J’agis en par­faite trans­pa­rence, dans la confi­den­tia­li­té né­ces­saire au res­pect de l’in­di­vi­du. Sou­hai­tant le meilleur pour Elne, j’aver­tis les ci­toyens du dan­ger de dis­tor­sion des faits, par­fois or­ga­ni­sés de­puis l’ex­té­rieur de notre ville, se­lon une stra­té­gie po­li­tique lar­vée. Cha­cun sau­ra dis­tin­guer s’il s‘agit de mo­bi­li­sa­tions sin­cères ou fac­tices, fon­dées sur des re­ven­di­ca­tions sé­rieuses ou des at­ti­tudes som­mai­re­ment théâ­tra­li­sées.»

Mr le maire, Yves Bar­niol

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.