Rè­gle­ment de compte sur un par­king

Le Petit Journal - du Tarn-et-Garonne - - FAITS&GESTES -

M. C. et M. D., deux jeunes hommes d’une tren­taine d’an­nées, se pré­sentent de­vant le tri­bu­nal pour une af­faire de vio­lence en réunion suite à une plainte de M. G.

Le 5 sep­tembre 2017, les deux jeunes amis se ba­ladent en voi­ture sur la com­mune de Septfonds. Alors qu’ils cir­culent, ils se fâchent avec un autre au­to­mo­bi­liste (M. G.) pour un simple man­que­ment au code de la route. Des coups de klaxon fusent et le ton monte entre les deux vé­hi­cules. Au lieu d’en res­ter là, ils dé­cident tous les 3 de se re­trou­ver sur le par­king d’un su­per­mar­ché si­tué à proxi­mi­té. La si­tua­tion fi­nit par s’en­ve­ni­mer ra­pi­de­ment et une ba­garre éclate.

A la barre, Mr. D dit qu’il en est ve­nu aux mains car Mr G. a pro­fé­ré des in­sultes ra­cistes à son égard. Mr C. ex­plique les coups por­tés en ex­pli­quant qu’il est in­ter­ve­nu pour dé­fendre son ami. M. G., la vic­time, dé­clare, quant à lui, qu’il vou­lait juste par­ler et que ja­mais il n’avait sou­hai­té avoir re­cours à la vio­lence. Face aux pro­pos des 3 pro­ta­go­nistes, Mme le juge sou­ligne qu’ils au­raient dû conti­nuer leur route et que se re­trou­ver sur un par­king n’est pas un acte ano­din. Des té­moins de la scène sur le par­king ex­pliquent avoir vu les deux ac­cu­sés rouer de coups la vic­time alors que celle-ci était res­tée calme. Té­moi­gnage qui joue en la fa­veur de Mr G. Les deux ac­cu­sés sont ju­gés cou­pable et condam­nés à in­dem­ni­ser la vic­time d’un mon­tant de 350 €.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.