Lourdes et le ci­né­ma

Le Petit Journal - L’hebdo des Hautes-Pyrénées - - LOURDES - CA

Dans le cadre du fes­ti­val art & ci­né­ma, Mi­chel Azot et Jean-Ch­ris­tophe Borde ont don­né une confé­rence ce di­manche 18 mars, sur la thé­ma­tique de Lourdes et le ci­né­ma, de­vant un pu­blic in­té­res­sé et à l’écoute.

Pre­miè­re­ment, Mi­chel Azot a rap­pe­lé les ori­gines du ci­né­ma avec, en 1895, les frères Lu­mière, in­ven­teurs du ci­né­ma­to­graphe, cet ou­til qui per­met à la fois de cap­ter, dé­ve­lop­per et de pro­je­ter. A cette époque, la pro­jec­tion de films reste une at­trac­tion fo­raine, il fau­dra at­tendre Mé­liès pour le ci­né­ma de fic­tion. Les frères Lu­mière eux, abordent le ci­né­ma au tra­vers du genre du re­por­tage, leur ob­jec­tif est de mon­trer des lieux, des choses d’ailleurs, sus­cep­tibles d’in­té­res­ser. Lourdes va sus­ci­ter l’in­té­rêt et en 1897, une di­zaine de sé­quences d’une du­rée de 50 se­condes sont fil­més dans le sanc­tuaire. Le pu­blic a dé­cou­vert ces images où le mou­ve­ment est cons­tant, puis­qu’en ef­fet la prio­ri­té pour les frères Lu­mière c’est de mettre en image du mou­ve­ment, soit par le dé­pla­ce­ment phy­sique d’un homme ou bien d’un train.

Puis, Jean-Ch­ris­tophe Borde a abor­dé le genre ci­né­ma­to­gra­phique du re­li­gieux. Un genre qui a plu­tôt mau­vaise presse, consi­dé­ré comme un moyen de conver­tir la po­pu­la­tion. Lors­qu’on parle de film de Lourdes, on pense aux films sur Ber­na­dette dif­fu­sés en boucle à Lourdes mais Lourdes pos­sède une place à part dans ce genre, avec une fil­mo­gra­phie im­po­sante qui compte une cin­quan­taine de films (fic­tion et do­cu­men­taire) de­puis 1897 jus­qu’au XXIème siècle. Le pre­mier film sor­ti­ra en 1943 et se­ra Hol­ly­woo­dien. In­ti­tu­lé « Le chant de Ber­na­dette », cette re­cons­ti­tu­tion un peu fan­tas­mée et réa­li­sée en stu­dio est ti­rée d’une adap­ta­tion lit­té­raire écrite par Franz Wer­fel, au­teur juif d’ori­gine Tchèque. En pleine se­conde guerre mon­diale, ce der­nier fuit les troupes al­le­mandes et se ré­fu­gie en France, puis à Lourdes avant de par­tir pour les Etats-Unis. En 42, Lourdes vit dif­fi­ci­le­ment mais il s’at­tache à son his­toire et s’en­gage mo­ra­le­ment à écrire l’his­toire s’il s’en sort. Son livre est pu­blié en 1942 et connaît un vé­ri­table suc­cès, en res­tant en tête des ventes pen­dant plu­sieurs se­maines. Un en­goue­ment qui don­ne­ra lieu au film en 43 et d’autres adap­ta­tions (BD, co­mé­die mu­si­cale, sé­rie té­lé, té­lé­no­ve­la et même une adap­ta­tion non of­fi­cielle Bol­ly- wood). Fi­na­le­ment, le rayon­ne­ment de Lourdes est mon­dial, avec des pro­duc­tions fran­çaises, ita­liennes, bré­si­liennes, belges, etc. « La porte du ciel», « Lourdes et ses mi­racles», «Si il suf­fit d’ai­mer », « Le mi­ra­cu­lé», « Lourdes »…

La confé­rence s’est ter­mi­née par la pro­jec­tion du film muet « Ber­na­dette Sou­bi­rous et les ap­pa­ri­tions de Lourdes ».

Jean-Ch­ris­tophe Borde a abor­dé le genre ci­né­ma­to­gra­phique re­li­gieux. Un thème qu’il maî­trise puis­qu’il est l’au­teur du livre “Lourdes au ci­né­ma” (2008)

Avec Mi­chel Azot, le pu­blic a dé­cou­vert des images de Lourdes qui datent de 1897

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.