Mise au point de la pré­fète des Hautes-Py­ré­nées

Le Petit Journal - L’hebdo des Hautes-Pyrénées - - La Une -

Les évé­ne­ments ac­tuels de Cieu­tat ont conduit la pré­fète des Hautes-Py­ré­nées, Béa­trice La­garde à réu­nir la presse pour ré­pondre aux in­for­ma­tions er­ro­nées con­cer­nant les pro­blèmes de cette com­mune. A ses cô­tés se te­naient My­riel Pour­téous sous-pré­fète d’Ar­ge­lès-Ga­zost et Constance Dyevre sous-pré­fète de Ba­gnères de Bi­gorre.

La pré­fète est re­ve­nue sur la chro­no­lo­gie de cette “af­faire” en re­ve­nant sur les prin­ci­pales dates :

En 2014, lors des élec­tions mu­ni­ci­pales, le 3ème ad­joint, Ed­mond Prot­tung, de­vient le maire qui est élu au 2ème tour avec 208 voix, la ma­jo­ri­té ab­so­lue étant à 203 voix ! L’op­po­si­tion dé­pose un re­cours de­vant le tri­bu­nal ad­mi­nis­tra­tif de Pau pour ir­ré­gu­la­ri­té. Ce­lui-ci est re­je­té. A par­tir de là, les ten­sions en­ve­niment toutes les séances du con­seil mu­ni­ci­pal. Dès le dé­but, “le maire n’as­so­cie pas les conseillers à la vie mu­ni­ci­pale” dixit les conseillers.

En 2015, la 1ère et la 3ème ad­jointe dé­mis­sionnent de leurs fonc­tions mais res­tent au con­seil mu­ni­ci­pal. En 2016, le compte ad­mi­nis­tra­tif 2015 n’est pas adop­té et le bud­get n’est pas pré­sen­té dans le dé­lai lé­gal.

Gil­bert Man­ciet le sous­pré­fet de l’époque, a réuni le con­seil mu­ni­ci­pal pour l’in­for­mer des risques en cas d’ab­sence de vote du bud­get. Il sol­li­cite le maire pour pré­sen­ter le bud­get : 8 voix contre et 7 voix pour. La chambre ré­gio­nale des comptes est sai­sie. Il en se­ra de même en 2017 pour le compte ad­mi­nis­tra­tif 2016.

En no­vembre 2016, la dé­lé­ga­tion don­née au maire pour es­ter en jus­tice lui est re­ti­rée par le con­seil et un mois plus tard, le con­seil lui re­tire toutes ses dé­lé­ga­tions. Le mois sui­vant, le con­seil mu­ni­ci­pal, par 10 voix contre 4 voix, in­flige un blâme au maire pour in­ca­pa­ci­té à gé­rer la com­mune.

Le 20 dé­cembre 2016, le sous-pré­fet tente une mé­dia­tion pour ar­ri­ver à une dé­mis­sion col­lec­tive. Cer­tains membres ne veulent pas dé­mis­sion­ner.

Fin 2017, My­riel Pour­téous, sous-pré­fète d’Ar­ge­lès-Ga­zost est char­gée par la pré­fète dans le cadre de l’In­té­rim du sous-pré­fet de Ba­gnères-de-Bi­gorre de voir les élus et de ren­con­trer le col­lec­tif “la chouette” afin de me­ner des né­go­cia­tions pour ten­ter une mé­dia­tion.

“Pen­dant trois se­maines, la sous-pré­fète échange de fa­çon très ré­gu­lière avec le col­lec­tif et avec les élus de la ma­jo­ri­té et de l’op­po­si­tion. Les élus se ral­lient à l’idée d’une dé­mis­sion col­lec­tive. Ce n’est pas la sous­pré­fète qui a choi­si d’ac­cep­ter cer­taines dé­mis­sions et pas d’autres” a dé­cla­ré la pré­fète des Hautes Py­ré- nées.

“Dans cette his­toire de dé­mis­sion col­lec­tive, il fal­lait qu’il y ait 14 dé­mis­sions, 13 étaient ac­quises de fa­çon sus­pen­sive et donc il y a dé­mis­sion si tout le monde dé­mis­sionne, donc la sous­pré­fète n’avait pas à choi­sir ou non, d’ac­cep­ter des dé­mis­sions à par­tir du mo­ment où il en manque une, ce qui était le cas ! Les autres ont alors re­ti­ré leurs dé­mis­sions. « Dire que la sous­pré­fète a choi­si de ne pas ac­cep­ter les 13 dé­mis­sions c’est faux. Je rap­pelle que c’était une condi­tion sus­pen­sive et comme une per­sonne a dé­ci­dé de ne pas dé­mis­sion­ner les autres ont dit qu’ils ne dé­mis­sion­naient plus, aus­si », a ex­pli­qué avec fer­me­té la pré­fète des hautes Py­ré­nées. En­suite il y a eu quatre dé­mis­sions qui ont été ac­cep­tées se­lon les pro­ces­sus nor­maux.

“Pen­dant toutes ces né­go­cia­tions, le col­lec­tif s’est dé­cla­ré sa­tis­fait des échanges or­ga­ni­sés par le corps pré­fec­to­ral et no­tam­ment par la sous-pré­fète. Des mails disent que My­riel Pour­téous bé­né­fi­ciait de la sa­tis­fac­tion du col­lec­tif qui l’a fé­li­ci­té de l’éner­gie dé­ployée et de l’écoute du corps pré­fec­to­ral. « Il semble que l’on ne soit plus dans cette ligne là au­jourd’hui ! La sous­pré­fète a beau­coup tra­vaillé sur ce dos­sier. » a dé­cla­ré la re­pré­sen­tante de l’Etat.

« Je don­ne­rai des suites à tout écrit, toutes dé­cla­ra­tions qui met­traient en cause les membres du corps pré­fec­to­ral et leur pro­bi­té dans cette af­faire. Tout pro­pos qui consis­te­rait à dire que l’Etat n’a rien fait, a lais­sé faire, que la sous-pré­fète n’a pas ac­cep­té les 13 dé­mis­sions… Tout pro­pos de cet ordre fe­ra l’ob­jet d’une ré­ponse of­fi­cielle de ma part”, a af­fir­mé Béa­trice La­garde, Pré­fète des Hautes Py­ré­nées.

Ces dé­mis­sions obligent à des élec­tions par­tielles com­plé­men­taires. Le maire a pré­sen­té sa dé­mis­sion et elle a été ac­cep­tée. Il est donc obli­ga­toire d’élire un nou­veau maire. CB65

Ma­dame la Pré­fète des Hautes-Py­ré­nées et Mes­dames les sous pré­fètes de Ba­gnères de Bi­gorre et d’Ar­ge­lès-Ga­zost

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.