Dé­cès du Lieu­te­nant-Co­lo­nel Ar­naud Bel­trame

Le té­moi­gnage du Père Jean-Bap­tiste, cha­noine de l’ab­baye de La­grasse (11)

Le Petit Journal - L’hebdo des Hautes-Pyrénées - - Département - HS

Té­moi­gnage du Père JeanBap­tiste, cha­noine de l’ab­baye de La­grasse (Aude), le jour de sa mort, 24 mars 2018.

“Un of­fi­cier chré­tien hé­roïque qui a don­né sa vie pour en sau­ver d’autres.

C’est au ha­sard d’une ren­contre lors d’une vi­site de notre ab­baye, Mo­nu­ment His­to­rique, que je fais connais­sance avec le lieu­te­nant-co­lo­nel Ar­naud Bel

trame et Ma­rielle, avec la­quelle il vient de se ma­rier ci­vi­le­ment le 27 août 2016. Nous sym­pa­thi­sons très vite et ils m’ont de­man­dé de les pré­pa­rer au ma­riage re­li­gieux que je de­vais cé­lé­brer près de Vannes le 9 juin pro­chain. Nous avons donc pas­sé de nom­breuses heures à tra­vailler les fon­da­men­taux de la vie conju­gale de­puis près de 2 ans. Je ve­nais de bé­nir leur mai­son le 16 dé­cembre et nous fi­na­li­sions leur dos­sier ca­no­nique de ma­riage. La très belle dé­cla­ra­tion d’in­ten­tion d’Ar­naud m’est par­ve­nue 4 jours avant sa mort hé­roïque.

Ce jeune couple ve­nait ré- gu­liè­re­ment à l’ab­baye par­ti­ci­per aux messes, of­fices et aux en­sei­gne­ments, en par­ti­cu­lier à un groupe de foyers, ND de Ca­na. Ils fai­saient par­tie de l’équipe de Nar­bonne. Ils sont ve­nus en­core di­manche der­nier.

In­tel­li­gent, spor­tif, vo­lu­bile et en­traî­nant, Ar­naud par­lait vo­lon­tiers de sa conver­sion. Né dans une fa­mille peu pra­ti­quante, il a vé­cu une au­then­tique conver­sion vers 2008, à près de 33 ans. Il re­çoit la pre­mière com­mu­nion et la confir­ma­tion après 2 ans de ca­té­chu­mé­nat, en 2010.

Après un pè­le­ri­nage à Sainte-Anne-d’Au­ray en 2015, où il de­mande à la Vierge Ma­rie de ren­con­trer la femme de sa vie, il se lie avec Ma­rielle, dont la foi est pro­fonde et dis­crète. Les fian­çailles sont cé­lé­brées à l’ab­baye bre­tonne de Ti­ma­deuc à Pâques 2016.

Pas­sion­né par la gen­dar­me­rie, il nour­rit de­puis tou­jours une pas­sion pour la France, sa gran­deur, son his­toire, ses ra­cines chré­tiennes qu’il a re­dé­cou­vertes avec sa conver­sion”.

“En se li­vrant à la place d’otages, il est pro­ba­ble­ment ani­mé avec pas­sion de son hé­roïsme d’of­fi­cier, car pour lui, être gen­darme vou­lait dire pro­té­ger. Mais il sait le risque in­ouï qu’il prend.

Il sait aus­si la pro­messe de ma­riage re­li­gieux qu’il a fait à Ma­rielle qui est dé­jà ci­vi­le­ment son épouse et qu’il aime ten­dre­ment, j’en suis té­moin.

Alors? Avait-il le droit de prendre un tel risque? Il me semble que seule sa foi peut ex­pli­quer la fo­lie de ce sa­cri­fice qui fait au­jourd’hui l’ad­mi­ra­tion de tous. Il sa­vait comme nous l’a dit Jé­sus, qu’« Il n’y a pas de plus grand amour que de don­ner sa vie pour ses amis.» (Jn 15, 13). Il sa­vait que, si sa vie com­men­çait d’ap­par­te­nir à Ma­rielle, elle était aus­si à Dieu, à la France, à ses frères en dan­ger de mort. Je crois que seule une foi chré­tienne ani­mée par la cha­ri­té pou­vait lui de­man­der ce sa­cri­fice sur­hu­main.

J’ai pu le re­joindre à l’hô­pi­tal de Car­cas­sonne vers 21h hier soir. Les gen- darmes et les mé­de­cins ou in­fir­mières m’ont ou­vert le che­min avec une dé­li­ca­tesse re­mar­quable. Il était vi­vant mais in­cons­cient. J’ai pu lui don­ner le sa­cre­ment des ma­lades et la bé­né­dic­tion apos­to­lique à l’ar­ticle de la mort. Ma­rielle al­ter­nait ces belles for­mules li­tur­giques.

Nous étions le ven­dre­di de la Pas­sion, juste avant l’ou­ver­ture de la Se­maine Sainte. Je ve­nais de prier l’of­fice de none et le che­min de croix à son in­ten­tion. Je de­mande au per­son­nel soi­gnant s’il peut avoir une mé­daille ma­riale, celle de la rue du Bac de Pa­ris, près de lui. Com­pré­hen­sive et pro­fes­sion­nelle, une in­fir­mière, la fixe à son épaule.

Je n’ai pas pu le ma­rier comme l’a dit mal­adroi­te­ment un ar­ticle, car il était in­cons­cient.

Ar­naud n’au­ra ja­mais d’en­fants char­nels. Mais son hé­roïsme sai­sis­sant va sus­ci­ter, je le crois, de nom­breux imi­ta­teurs, prêts à au don d’eux-mêmes pour la France et sa joie chré­tienne”.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.