Le jour où Charles Az­na­vour l’a ai­dé

Le Petit Journal - L'hebdo du Lot-et-Garonne - - LA UNE -

Il a plus d’une corde à son arc Pierre Si­caud… Ce ber­ge­ra­cois est de­ve­nu maire de Cas­tillonnes…

Il a plus d’une corde à son arc Pierre Si­caud… Ce ber­ge­ra­cois est de­ve­nu maire de Cas­tillonnes… Il a une pas­sion Pierre Si­caud : la chan­son fran­çaise… Lors­qu’il était très jeune il écou­tait et chan­tait « ceux de sa gé­né­ra­tion » Das­sin, Sar­dou, La­ma… Le temps a pas­sé… Il s’est pas­sion­né pour Charles Az­na­vour… Pierre Si­caud c’est un être à part fait de gen­tillesse, d’hu­ma­ni­té. Il s’est in­té­res­sé aux re­cherches faîtes à l’Ins­ti­tut Ber­go­nié. Pour leur ap­por­ter une obole, il a de­man­dé au di­rec­teur de l’ins­ti­tut le preo­fes­seur Reif­fers de contac­ter Charles Az­na­vour. Pour­quoi? Parce qu’il vou­lait faire un disque où il in­ter­pré­te­rait ses chan­sons. Les bé­né­fices de ce disque se­raient re­ver­sé à Ber­go­nié… La ré­ponse de Charles Az­na­vour ne s’est pas faîte at­tendre. Il a dit oui, ajou­tant : qu’il sou­hai­tait que les droits d’au­teur soient aus­si don­nés au centre bor­de­lais. … C’était en 2006. L’al­bum avait pour titre « Az­na­vour, sim­ple­ment». Pierre Si­caud l’a en­voyé à Charles Az­na­vour qui avait été «heu­reux» . Le cas­tillon­né­sien avait pro­me­né son spec­tacle « Au­tour d’Az­na­vour » dans de nom­breuses ré­gions, il avait ven­du ses disques… Aus­si en 2016, il lui a fal­lu en en­re­gis­trer un nou­veau « Ces chan­sons là »… Az­na­vour avait la en­core- don­né son ac­cord. Il avait été ravi de re­ce­voir ce se­cond disque, ravi de sa­voir que Pierre Si­caud tra­vaillait ses textes, et per­met­tait au pu­blic de les dé­cou­vrir ou de les re­dé­cou­vrir. L’an­nonce de la dis­pa­ri­tion de Charles Az­na­vour a pro­fon­dé­ment tou­ché le lot-et-ga­ron­nais. « Az­na­vour, pour moi est quel­qu’un de très im­por­tant… Je le consi­dère un peu comme un père spi­ri­tuel, un ami… Je suis très triste. C’est un peu de moi qui part… C’est la fin d’une belle his­toire. Il a ac­com­pa­gné toute ma vie. Lorsque je suis né il ve­nait d’écrire « je m’voyais dé­jà ! » Lorsque j’ai com­men­cé à chan­ter les chan­sons de Charles Az­na­vour, j’ai eu peur, très peur… J’ai chan­té en­tou­ré de per­sonnes sur scène. Mon pia­niste Stan­ley Hawks m’a beau­coup ai­dé ! Au­jourd’hui je suis seul sur scène. Je ren­drai hom­mage à cet être d’ex­cep­tion… Un concert des « mer­cre­dis de la bas­tide « 2019 lui se­ra consa­cré… Ce se­ra ma fa­çon de lui dire au re­voir et mer­ci » » LPJ : Y a-t-il une chan­son de Charles Az­na­vour que vous pré­fé­rez aux autres ?

Pierre Si­caud : C’est dif­fi­cile à dire, les textes sont tous ex­tra­or­di­naires. Certes il y a « je m’voyais dé­ja »… Il y en a une qui au­jourd’hui prend une lu­mière par­ti­cu­lière : « les émi­grants » … Dans le re­frain il dit «Tous en­semble /Avec leurs mains ils ont tra­vaillé pour de­main /Tous en­semble / Ser­vant d’exemple au genre hu­main»

Et ces émi­grants s’ap­pe­laient entre autre Pi­cas­so ou Ma­rie Cu­rie ! … Que faut-il ajou­ter à ce­la ?»

La bi­blio­thèque est rem­pli de livres ra­con­tant Charles Az­na­vour... Le livre pré­fé­ré de Pierre Si­caud : ce­lui écrit par le chan­teur

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.