Mais que vient faire l’an­née bis­sex­tile dans le spec­tacle de M. Ra­bier ?

Mer­ci trail

Le Petit Journal - L'hebdo du Pays Toulousain - - Coteaux Du Girou -

En cette an­née bis­sex­tile (1) on peut rap­pe­ler que notre ca­len­drier ac­tuel, mal­gré un 29 fé­vrier à éclipses, se dé­cale de trois jours tous les 10 000 ans par rap­port au cycle de la terre au­tour du so­leil (365,2422 jours pré­ci­sé­ment). En 1897 on dé­cou­vrit à Coligny, dans l’Ain, les mor­ceaux d’une table de bronze du II° siècle por­tant un ca­len­drier gau­lois qui, lui, ne dé­ri­ve­rait que de 2 jours sur 10 000 ans. Cette pré­ci­sion gau­loise est aus­si celle de M. Da­niel Ra­bier, hu­mo­riste et gau­lois de Lu­tèce dans le XIV°, qui, dans son spec­tacle, en­file avec pré­ci­sion les gau­loi­se­ries et peu­têtre aus­si les gau­loises et les gi­tanes (mais l’in­for­ma­tion pa­raît un peu fu­meuse). Por­tant beau barbe et che­veux blancs, M. Ra­bier a com­men­cé sa car­rière d’hu­mo­riste-chan­teur il y a 25 ans. Au­pa­ra­vant il était res­pon­sable dans un bu­reau d’étude in­dus­triel, il lui en est res­té la fa­cul­té de faire des jeux de mots de ma­nière... in­dus­trielle. En té­moignent ses chan­sons courtes : “Un gar­çon a tué ses pa­rents un sa­me­di ma­tin. pour al­ler, le soir, au bal des or­phe­lins” ou bien “A la saint Ignace, on s’em­brasse. A la sainte Ur­sule, on...” Pour connaître la dif­fé­rence entre une blonde et une tor­tue, la han­tise d’une chauve-sou­ris... il faut pro­fi- ter de son pas­sage ou com­man­der son DVD (cet hu­mo­riste bien vi­vant ne fait pas des CD) sur son site www.da­niel­ra­bier.com. Glis­sées dans un sou­rire et un clin d’oeil ma­li­cieux les pires énor­mi­tés passent mer­veilleu­se­ment chez cet hu­mo­riste qu’en termes sur­an­nés on pour­rait qua­li­fier de po­lis­son.

Mais que vient faire l’an­née bis­sex­tile dans le spec­tacle de M. Ra­bier ? Rien du tout, mais votre cor­res­pon­dant avait en­vie d’en par­ler !

(1) Le mot bis­sex­tile n’a rien d’éro­tique mais vient de sex­tum, le 6ème jour avant les ca­lendes (pre­mier jour) d’un nou­veau mois dans le ca­len- drier ro­main (ils comp­taient les jours à re­bours... ils ont fous ces ro­mains). Ain­si le 24 fé­vrier était le sex­tum avant mars et, un an sur quatre il était bis­sé, d’où le nom d’an­née bis­sex­tile. Ce bis sex­tum est au­jourd’hui pas­sé au 29 fé­vrier.

Les che­veux ne frisent pas, l’oeil si !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.