Comment dire ? Que faire ?

Le Petit Journal - L'hebdo du Pays Toulousain - - Le Pont Port -

Notre amie Ma­thilde est à la fois triste et em­bar­ras­sée.

Ma­rie-Jeanne, que son dé­funt ma­ri ap­pré­ciait beau­coup, lui écrit : «Je viens de vivre des mois dif­fi­ciles. De­puis juillet der­nier - bien­tôt un an - j’ai per­du douze per­sonnes qui m’étaient proches et chères. Ils sont de plus en plus nom­breux, au­tour de moi, à avoir dé­pas­sé la soixan­taine. Avec le temps, les dé­parts s’ac­cé­lèrent, mais jusque-là c’était au rythme de cinq à six par an. Mais douze ! Dont deux amis chers de cin­quante-six ans, un autre à moins de soixante-dix ans, le fils d’un col­lègue et ami à trente neuf ans. Dans la fa­mille, il y a eu deux oncles, dont un, sans en­fant, dont j’étais la nièce aî­née. Je viens de vivre l’hor­reur et pour­tant, à cô­té, le tra­vail n’at­tend pas».

Ma­thilde a été très tou­chée par cette dé­tresse qui ne peut plus être ré­con­for­tée par la pro­messe d’un au-de­là de pa­ra­dis. Ma­rie-Jeanne n’est pas croyante et Ma­thilde ne se pro­nonce pas pour elle-même. Elle at­tend de voir ce qui se pas­se­ra, le mo­ment ve­nu. Elle n’est fer­mée à rien et, sur­tout, elle res­pecte les convic­tions de cha­cun. D’ici là, avec l’âge qui avance, elle conseille à ceux qui l’in­ter­rogent sur leur propre mort de mettre toutes leurs af­faires en ordre et, en­suite, de prendre la vie comme elle vient, en es­sayant de faire le moins de tort pos­sible et le plus de bien aux autres. Sans s’ou­blier et en se fai­sant res­pec­ter. Elle est as­sez à l’aise avec sa propre mort. Elle sait qu’elle ne man­que­ra vrai­ment à per­sonne puisque à pré­sent elle est seule. C’est plu­tôt la dis­pa­ri­tion de ceux qui lui sont chers qui fait mal. Où va-t-on lors­qu’on n’est plus ? Les té­moi­gnages de ceux qui ont fait l’ex­pé­rience d’une mort im­mi­nente la troublent.

Elle est convain­cue que nos chers dis­pa­rus conti­nuent à vivre en nous, parce qu’on les aime en­core, qu’on pense à eux. Et peut-être bien qu’ils nous ac­com­pagnent et nous aident, où qu’ils soient, si on le leur de­mande. Un peu comme des anges gar­diens.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.