Le pla­tane, roi du ca­nal

Le Petit Journal - L'hebdo du Pays Toulousain - - La Une -

En juin 1898, tour­nant dans l’his­toire du ca­nal : il de­vient la pro­prié­té de l’état. Les né­go­cia­tions fi­nan­cières tinrent compte tout au­tant de la va­leur com­mer­ciale qu’es­thé

tique des plan­ta­tions. « Au point de vue des arbres le Ca­nal du Mi­di a une va­leur ex­cep­tion­nelle. On a fait le long des rives, sur les francs-bords de la voie na­vi­gable et sur ceux des ri­goles, des plan­ta­tions d’arbres sur deux et par­fois trois rangs qui, en maints en­droits, donnent à la route du ca­nal l’as­pect d’une su­perbe pro­me­nade. Ces plan­ta­tions ont été en­tre­te­nues avec un soin tra­di­tion­nel… » L’es­ti­ma­tion en fut de 860 000 francs (près de 3 mil­lions d’eu­ros), somme consi­dé­rable pour l’époque.

La mis­sion prin­ci­pale du nou­veau Ser­vice des ca­naux du Mi­di était d’en­ga­ger une vaste mo­der­ni­sa­tion du ré­seau pour y re­lan­cer le trans­port des mar­chan­dises. La ges­tion des plan­ta­tions ne consti­tuaient pas une prio­ri­té. Tou­te­fois elle ne fut pas né­gli­gée car un mau­vais en­tre­tien des boi­se­ments au­rait pu nuire à la sé­cu­ri­té de la na­vi­ga­tion. Après la pre- mière guerre mon­diale les vides cau­sés par les pré­lè­ve­ments dans les ali­gne­ments furent com­blés mal­gré les faibles bud­gets de l’in­gé­nieur en chef des ca­naux du Mi­di, es­sen­tiel­le­ment consa­crés au rem­pla­ce­ment des arbres morts et aux éla­gages. Tou­te­fois la va­leur pay­sa­gère des plan­ta­tions s’im­po­sa peu à peu et la loi du 2 mai 1930 sur la pro­tec­tion des sites d’in­té­rêt pit­to­resque, ar­tis- tique, his­to­rique ou scien­ti­fique, don­na un nou­vel ou­til aux ser­vices de l’état. Ain­si la com­mis­sion de l’Aude at­ti­ra, le 17 fé­vrier 1931, l’at­ten­tion du pré­fet sur la né­ces­si­té de pré­ser­ver ce pa­tri­moine « C’est une ri­chesse ar­tis­tique qu’il faut pro­té­ger… il faut évi­ter tout abat­tage d’arbres qui ne cor­res­pon­draient pas stric­te­ment aux be­soins de la col­lec­ti­vi­té et in­ten­si­fier les plan­ta­tions de re­peu­ple­ment.

» Ce à quoi l’in­gé­nieur en chef des ca­naux du Mi­di ré­pon­dit à la de­mande du pré

fet : « l’en­tre­tien des plan­ta­tions le long du ca­nal du Mi­di se jus­ti­fie non seule­ment pour main­te­nir la beau­té des sites mais en­core pour consti­tuer des om­brages né­ces­saires à la bonne ex­ploi­ta­tion du ca­nal ».

Le pla­tane était de­ve­nu le roi du ca­nal mais de nou­veaux dan­gers le guet­taient.

Le pla­tane, roi du ca­nal

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.