Rêve ou réa­li­té, un ré­cit d’un homme du XIIIème siècle

Le Petit Journal - L'hebdo du Pays Toulousain - - Département -

Grace à un ha­bi­tant de SaintPierre, près de Ver­feil, le Pe­tit Jour­nal a pu avoir ac­cès aux sou­ve­nirs d’un homme ayant pro­ba­ble­ment vé­cu au XIIIème siècle. Ce ré­cit com­mence alors que l’homme, dont l’âge, le nom et l’ori­gine sont in­con­nus, et, pos­si­ble­ment, ex­ploi­tant ou com­mer­çant d’or, ar­rive aux portes de Car­cas­sonne, ve­nant de la Mon­tagne noire.

“Ar­ri­vant à la ci­té de Car­cas­sonne le soir alors que les portes étaient fer­mées et ayant avec moi trois sacs d’or, je fus ac­cos­té par sept hommes (pa­ti­bu­laires mais presque !) qui me de­mandent ce que contiennent mes sacs. Ré­pon­dant que c’était de l’or, ils ont cru à une plai­san­te­rie mais, par peur, je pars vers la route d’Es­pagne mais sens ces hommes der­rière moi. Un lac me barre la route. Alors, par mi­racle, mes pieds s’al­longent et je peux le tra­ver­ser et, ain­si, me dé­bar­rasse de mes pour­sui­vants. Conti­nuant ma route j’ar­rive au châ­teau de Mont­sé­gur où le re­mets à la com­tesse les trois sacs d’or. Pour me re­mer­cier elle m’offre une ser­vante, un tré­sor que je dois ra­me­ner à Car­cas­sonne et “les gre­niers de Ma­la­ret”. En ra­me­nant le tré­sor à Car­cas­sonne je me sens de nou­veau sui­vi et prends la di­rec­tion de Rennes le châ­teau où je peux res­ter un mo­ment en fa­mille. Ne me sen­tant pas en sé­cu­ri­té j’en­terre le tré­sor qui m’avait été confié puis prends la route de Pé­ze­nas où ceux qui me pour­sui­vaient tou­jours prennent ma ser­vante, la battent et la violent. On m’y ac­cuse d’être un vo­leur et je suis je­té en pri­son puis re­lâ­ché faute de preuves. Je me venge alors de ces hommes, cause de la mort de ma ser­vante, en les tuant et m’en­fuis à Car­cas­sonne où, de nou­veau, je suis em­pri­son­né, condam­né à mort et en­chaî­né huit longues an­nées. Alors que je dois être dé­ca­pi­té je de­mande un prêtre pour me confes­ser et, comme le tré­sor in­té­resse beau­coup de gens, ce prêtre fait tout pour que je sois gra­cié. Comme je suis ma­lade ce prêtre s’oc­cupe de moi et de­vient mon ami. Je lui dit où j’ai en­ter­ré le tré­sor à Rennes le châ­teau. il y avait aus­si un sé­mi­na­riste qui fut nom­mé plus tard cu­ré de Rennes le châ­teau et re­trou­va le tré­sor. Quant à moi je dé­cède quelques an­nées plus tard à Car­cas­sonne et on m’en­terre dans la cha­pelle de la ci­té”.

Ce ré­cit ren­dra sû­re­ment per­plexes les lec­teurs du Pe­tit Jour­nal. Mais nos lec­teurs de­vront pa­tien­ter car ce n’est que la se­maine pro­chaine qu’ils ap­pren­dront com­ment ce ré­cit lui est par­ve­nu !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.