Le Pain des Lys est de­ve­nu in­con­tour­nable

Na­dine et Ch­ris­tian sont heu­reux de leurs pre­miers 180 jours d’ac­ti­vi­té

Le Petit Journal - L'hebdo local de l'Aude - - LAURAGAIS - MONTAGNE NOIRE -

Six mois dé­jà que nos amis Na­dine Font et Ch­ris­tian Do­merc ont créé la bou­lan­ge­rie Pain des Lys. Et si la re­lève de l’ami Fa­rine a été cé­lé­brée comme il se de­vait, force est de consta­ter que, comme on dit en jar­gon de rugby, l’es­sai fut lar­ge­ment trans­for­mé.

Pain des Lys a su trou­ver une clien­tèle fi­dèle et ama­trice des pro­duits de bou­lan­ge­rie et de pâ­tis­se­rie.

Pas de mys­tère à ce­la, Ch­ris­tian (in­ta­ris­sable sur son mé­tier !) in­siste sur le soin por­té à of­frir ce que les gens at­tendent, tant sur le plan gus­ta­tif et la va­rié­té des pro­duits (les ama­teurs de pain ont des de­mandes de plus en plus va­riées). Le tra­vail des pâtes (pas de bio au­jourd’hui) se fait tout en dou­ceur pour ne pas dé­té­rio­rer les vi­ta­mines et mi­né­raux qu’offre le pain à tra­vers dif­fé­rents blés (ori­gine France en cir­cuit de proxi­mi­té), avec des fer­men­ta­tions plus ou moins longues pour des pains aux mille sa­veurs et une meilleure conser­va­tion.

Aux pre­mières heures de la nuit, Ch­ris­tian confec­tionne crois­sants et cho­co­la­tines. Aux pre­mières lueurs du jour, l’odeur des vien­noi­se­ries fraî­che­ment cuites vient em­bau­mer le quar­tier et par la dou­ceur de ces ef­fluves, la jour­née peut bien com­men­cer.

Quant à la pâ­tis­se­rie (le do­maine de Na­dine), les gâ­teaux sont faits mai­son, avec un tel suc­cès que l’em­bauche d’un pâ­tis­sier est en­vi­sa­gée.

L’élar­gis­se­ment de l’offre est pré­vue par Na­dine et Ch­ris­tian. Les pro­duits dits « sa­lés » sont dé­jà très bien re­çus par la clien­tèle, sand­wiches, piz­zas in­di­vi­duelles, crois­sants au jam­bon, et ce, au-de­là de toute pré­vi­sion faite huit mois plus tôt.

Loin d’être de simples ven­deurs, Na­dine, et par­fois Ch­ris­tian tou­te­fois plus proche de son pé­trin, son four ou sa lame de bou­lan­ger, conseillent leurs clients sur telle ou telle par­ti­cu­la­ri­té gus­ta­tive de leurs pains.

L’étroi­tesse des lo­caux ac­tuels li­mite l’éner­gie créa­trice de nos deux amis. Une so­lu­tion de­vra être trou­vée pro­chai­ne­ment per­met­tant la réa­li­sa­tion de nou­veaux pro­duits et, chose im­por­tante pour les Mon­tréa­lais ain­si que pour les vil­la­geois des en­vi­rons, de nou­veaux ho­raires.

Au­jourd’hui bien Mon­tréa­lais, Na­dine et Ch­ris­tian par­ti­cipent à leur fa­çon à l’ani­ma­tion com­mer­ciale du vil­lage (nous re­par­le­rons du vé­lo mis en lo­te­rie lors du der­nier Tour de France).

A voir le temps que prend la clien­tèle pour choi­sir son type de pain et sa cuis­son, Pain des Lys ap­porte un plus évident dans l’art de vivre à Mon­tréal.

Na­dine et Ch­ris­tian, une belle com­pli­ci­té et un amour com­mun de leur mé­tier

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.