Co­lère ou pas co­lère ?

Le Petit Journal - L'hebdo local de l'Aveyron - - ACTUALITÉS - CA

La co­lère qui a mau­vaise ré­pu­ta­tion parce qu’as­so­ciée à la vio­lence, est une fonc­tion vi­tale qui per­met de dé­pla­cer l’obs­tacle, de le contour­ner ou de le fuir. En en­tre­prise, la saine co­lère aide à se faire res­pec­ter. Et pour y par­ve­nir, il faut maî­tri­ser cette co­lère né­faste qui ra­vage. Il existe plu­sieurs types de co­lère : la co­lère exa­cer­bée où tout pro­pos fait ex­plo­ser, la co­lère dé­gui­sée par des re­marques in­si­dieuses avec un sou­rire qui masque son courroux en face de quel­qu’un qui ne com­prend pas tou­jours, la co­lère pro­vo­quée où on se sent pi­qué à vif, agres­sé et on en est cris­pé, la co­lère en es­ca­lade où on es­time avoir rai­son, cam­pé sur ses po­si­tions, cul- pa­bi­li­sant l’autre, la co­lère in­hi­bée où on n’ose pas s’ex­pri­mer, on pleure, on ra­vale sa sa­live, on prend sur soi pour ar­ron­dir les angles.

La co­lère est un signe de vul­né­ra­bi­li­té et une émo­tion né­ga­tive en­va­his­sante. Rares sont ceux qui sont heu­reux de leurs crises de co­lère : au faux mieux-être im­mé­diat (j’ai « sor­ti » ce que je res­sen­tais) suc­cèdent le plus sou­vent des sen­ti­ments de honte, de culpa­bi­li­té, de non-maî­trise de soi et sur­tout d’in­ef­fi­ca­ci­té de­vant la réa­li­té. Quand elle est in­ap­pro­priée, la co­lère en­gendre iné­luc­ta­ble­ment pour soi des sen­ti­ments et des com­por­te­ments d’au­to­dé­fai­tisme (je suis in­ef­fi­cace), avec son cor- tège d’au­to­dé­pré­cia­tions qui peuvent par­fois évo­luer en sen­ti­ments dé­pres­sifs.

Bien gé­rer sa co­lère ne si­gni­fie pas re­non­cer à tout ou se « faire avoir » par tous, mais com­prendre que notre co­lère est sou­vent dis­pro­por­tion­née et tout à fait in­ef­fi­cace pour af­fron­ter les pro­blèmes ren­con­trés.

Apprendre à mieux vivre les in­évi­tables frus­tra­tions du quo­ti­dien, à s’ac­cep­ter et à to­lé­rer que les autres ne soient pas exac­te­ment ce que nous ai­me­rions qu’ils soient. Etre dé­çu, frus­tré mais pas co­lé­rique. Bien ex­pri­mer, et non re­fou­ler, ses sen­ti­ments de contra­rié­té. Tels sont les clés du bon usage de la co­lère.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.