Le dé­pu­té Ma­zars a ou­blié de fer­mer son mi­cro…

Le Petit Journal - L'hebdo local de l'Aveyron - - LA UNE -

Tou­jours vé­ri­fier que les mi­cros sont fer­més avant de se lan­cer dans des consi­dé­ra­tions per­son­nelles. Après Fran­çois de Ru­gy, c’est au tour de la pré­si­dente de la Com­mis­sion des lois de l’As­sem­blée na­tio­nale la ma­cro­niste Yaël Braun-Pi­vet, de l’ap­prendre à ses dé­pens le 19 juillet. À l’is­sue d’une séance de tra­vail, le vice-pré­sident de la com­mis­sion, le dé­pu­té LREM de la 1ère cir­cons­crip­tion de l’Aveyron Sté­phane Ma­zars, a in­vi­té ses col­lègues à faire une pause et à re­ve­nir sié­ger à par­tir de 16h30. C’est à ce mo­ment-là que la pré­si­dente de la com­mis­sion s’ap­proche de son col­lègue pour lui faire part de son mé­con­ten­te­ment quant au com­por­te­ment du groupe LREM du­rant les tra­vaux. Pro­blème : le mi­cro de Sté- phane Ma­zars est en­core ou­vert, et les mots pro­non­cés par Yaël Braun-Pi­vet sont par­ti­cu­liè­re­ment sé­vères. « At­tends, on a une res­pon­sable de texte qui est in­exis­tante, c’est comme si elle était à Nou­méa sur une chaise longue. Naï­ma, elle fait ce qu’elle peut. Et on a un groupe qui dort, qui ne sait pas mon­ter au cré­neau, qui est vau­tré », a-t-elle lan­cé. Pour in­for­ma­tion, la « res­pon­sable de texte » n’est autre que Pau­la For­te­za, dé­pu­tée LREM de la 2e cir­cons­crip­tion des Fran­çais de l’étran­ger. Quant à Naï­ma, il ne peut s’agir que de Naï­ma Mout­chou, dé­pu­tée de la ma­jo­ri­té élue dans le Vald’Oise. Sté­phane, il faut faire at­ten­tion aux oreilles en­ne­mies qui écoutent…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.