Le tronc de la ca­thé­drale ré­siste, les vo­leuses s'en­fuient

Le Petit Journal - L'hebdo local du Comminges - - LA UNE -

C’est le 20 juillet 2017 entre 16 heures 30 et 17 heures que les faits se sont pro­duits à la ca­thé­drale de Rieux. Un homme âgé d’une tren­taine d’an­nées, le teint mat, les che­veux noirs courts fai­sait le gué et at­ten­dait sur le par­vis de la ca­thé­drale. Il était au vo­lant d’une Re­nault Mé­gane an­cien mo­dèle 5 portes de cou­leur vert fon­cé im­ma­tri­cu­lé se­lon l’an­cien sys­tème dans le 81.

Deux femmes sortent du vé­hi­cule et pé­nètrent à l’in­té­rieur de la ca­thé­drale. L’une brune, che­veux fri­sés mi longs âgée d’une tren­taine d’an­nées. L’autre plus jeune, en­vi­ron 20 ans. Elles ont toutes deux une cor­pu­lence mince et les che­veux noirs pré­ci­se­ra un té­moin qui a vu toute la scène.

A l’aide d’une pe­tite paire de ci­seaux de cou­ture, elles tentent de frac­tu­rer le ca­de­nas d’une urne de dons mais la ser­rure ne veut rien sa­voir et les deux jeunes femmes s’en­fuient tête basse et sans au­cun bu­tin.

Alors on ap­pelle les gen- darmes qui ar­rivent toute si­rène hur­lante.

Une his­toire ba­nale où cer­tains consi­dé­re­ront que tout ce­la est in­ad­mis­sible d’au­tant plus qu’on s’at­taque au sa­cré et d’autres qui ne ver­ront là que le ré­sul­tat d’une so­cié­té qui en­gendre la mi­sère et que quelques pièces fussent-elles sa­crées per­mettent tout sim­ple­ment de man­ger un peu...

L’ab­bé Pierre di­sait à ce su­jet : “Le contraire de la mi­sère ce n’est pas la ri­chesse. Le contraire de la mi­sère, c’est le par­tage”. Et Vic­tor Hu­go dans Quatre vingt treize : “Vous vou­lez les mi­sé­rables se­cou­rus, moi je veux la mi­sère sup­pri­mée”.

Al­lez ! Est ce que tout ce­ci n’est en fait qu’un fait di­vers ?

Pour sim­ple­ment ré­cu­pé­rer quelques pièces de mon­naie

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.