Les dé­fis du Gé­né­ral Col­let

11E BRI­GADE PA­RA­CHU­TISTE

Le Petit Journal - L'hebdo local du Comminges - - DÉPARTEMENT -

Lun­di soir, de­puis le Pa­lais Niel à Tou­louse, le Gé­né­ral de bri­gade Pa­trick Col­let te­nait une confé­rence de presse. L’oc­ca­sion d’évo­quer les dif­fé­rentes fonc­tions et de faire un point sur la bri­gade pa­ra­chu­tiste et les fu­tures échéances...

Pour Pa­trick Col­let, de­ve­nir le nou­veau com­man­dant la 11e bri­gade pa­ra­chu­tiste est « un abou­tis­se­ment, car il ne m’ar­ri­ve­ra sur­ement plus rien d’aus­si heu­reux ». Le Gé­né­ral sait qu’il ar­rive à « un mo­ment im­por­tant » de l’his­toire de la bri­gade, à l’heure où elle s’ap­prête à re­ve­nir en opé­ra­tion. Il faut dire que de­puis deux ans, le quo­ti­dien des sol­dats est prin­ci­pa­le­ment mar­qué par l’opé­ra­tion sen­ti­nelle. En mai 2018, une nou­velle opé­ra­tion d’im­por­tance em­mè­ne­ra ses hommes au Sa­hel.

Sen­ti­nelle, un ef­fet dis­sua­sif

L’opé­ra­tion sen­ti­nelle avec la pro­tec­tion des fran­çais est donc au coeur du quo­ti­dien de la bri­gade avec « un ef­fet dis­sua­sif qui fonc­tionne », pré­cise le Gé­né­ral Col­let, ci­tant les exemples du Louvre et de l’aéroport d’or­ly où des at­taques ont été dé­jouées. Ra­jou­tant tout de même un bé­mol : « Cet en­ga­ge­ment pèse dou­ce­ment sur notre ca­pi­tal opé­ra­tion­nel, on s’en­traîne moins ou sous une forme dif­fé­rente, ce qui peut pe­ser sur cer­taines mo­da­li­té d’exé­cu­tion ». Le chef des ar­mées se de­man­dait ré­cem­ment si la France se­rait en­core ca­pable d’une ac­tion aus­si ef­fi­cace qu’au Ma­li en 2013.

Plu­sieurs dé­fis à re­le­ver

D’ici là, les pa­ra­chu­tistes au­ront plu­sieurs dé­fis à re­le­ver, à com­men­cer par ce­lui du re­nou­vel­le­ment de ma­té­riel : nou­veaux pa­ra­chutes, nou­velle flotte d’avion (le trans­all, vieux de 40 ans, de­vrait peu à peu être rem­pla­cé par des A400M) et re­nou­vel­le­ment com­plet des équi­pe­ments avec le pro­gramme scorpion. Au me­nu, des choix sen­sibles et des adap­ta­tions à pré­voir.

Une bri­gade d’ex­cel­lence

La 11ème bri­gade pa­ra­chu­tiste se dis­tingue par sa force “unique en Eu­rope”. Avec 10 000 hommes, dont 2500 ré­ser­vistes, elle est seule­ment com­pa­rable avec les ÉtatsU­nis. « Nous n’avons pas d’équi­valent eu­ro­péen avec une telle au­to­no­mie, un tel de­voir d’exi­gence et d’ex­cel­lence », ex­plique le Gé­né­ral Col­let. Seule bri­gade aé­ro­por­tée opé­ra­tion­nelle eu­ro­péenne et le seul élé­ment d’ur­gence des ar­mées, la 11ème bri­gade pa­ra­chu­tiste peut dé­ployer 200 per­sonnes en moins de 24h sur un pé­ri­mètre de 6000 ki­lo­mètres. Des sol­dats pour qui le Gé­né­ral Col­let sou­haite plus de re­con­nais­sance et un plus grand lien avec la po­pu­la­tion. Il compte à ce su­jet pro­po­ser plu­sieurs dis­po­si­tifs dont un rôle de ré­ser­viste ci­toyen pour les ci­vils sou­hai­tant s’en­ga­ger entre échanges et va­lo­ri­sa­tion de l’ar­mée.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.