Les chi­neurs étaient au ren­dez-vous

Le Petit Journal - L'hebdo local du Comminges - - LA UNE -

Le 26 sep­tembre 1820 sur de­mande de mon­sieur Ca­za­lot Jacques le mi­nistre des fi­nances au­to­rise la construc­tion d’une tui­le­rie à Cas­tel­nau-pi­cam­peau au lieu dit la Teou­la­rio.

C’était le dé­but d’un ar­ti­sa­nat de la tuile à Cas­tel­nau, grâce à la pré­sence sur place de la ma­tière pre­mière l’ar­gile qui mé­lan­gée avec de l’eau était cuite dans un four aux en­vi­rons de 900°.

Au dé­but cette ac­ti­vi­té était en­tiè­re­ment ma­nuelle dans toutes ses phases, ex­trac­tion dans la car­rière à l’aide de pelles et de pioches, trans­port avec un tom­be­reau trac­té par des bo­vins, broyage, ma­laxage, mou­lage, sé­chage à l’air libre, cuis­son dans le pre­mier four droit à l’aide de bois pré­sent en quan­ti­té sur la com­mune. De nom­breuses per­sonnes du can­ton ont tra­vaillé à la tui­le­rie de ma­nière dis­con­ti­nue sui­vant les rythmes de fa­bri­ca­tion qui étaient fonc­tion de la de­mande es­sen­tiel­le­ment lo­cale. La brique de tuile ain­si fa­bri­quée ont été uti­li­sées dans la construc­tion de la plu­part des mai­sons du vil­lage. Après 1950 les différentes phases s’au­to­ma­ti­saient, ca­mions, mo­teurs, sé­chage ac­cé­lé­ré, four tun­nel avec cuis­son au char­bon per­met­taient d’ac­croître la ca­pa­ci­té du pro­ces­sus.

Dans les an­nées 60 avec l’ap­pa­ri­tion de nou­veaux ma­té­riaux de construc­tion, la concen­tra­tion de l’ha­bi­tat dans les grandes villes la tui­le­ries ar­ti­sa­nale de Cas­tel­nau n’était plus adap­tée à la de­mande elle ces­sait donc son ac­ti­vi­té en 1965.

Les chi­neurs ont pu trou­ver des ob­jets in­so­lites tout en dé­gus­tant les gâ­teaux concoc­tés par les maî­tresses des écoles...

Les vi­si­teurs de la tui­le­rie

Le four tun­nel

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.