Avec Jean Ma­gnouac, c’est une au­then­tique fi­gure lo­cale qui dis­pa­raît

Le Petit Journal - L'hebdo local du Gers - - LOMAGNE -

Jean Ma­gnouac, qui vient de dis­pa­raître, était un pur en­fant du vil­lage où il était né le 19 juin 1926. Troi­sième d’une fra­trie de 5 en­fants, il avait dé­bu­té sa vie pro­fes­sion­nelle en tant que char­pen­tier avant de pas­ser le concours des Postes. Comme pour tous ceux qui étaient dans ce cas, ce­la si­gni­fiait l’exil dans la ré­gion pa­ri­sienne pour quelques an­nées. Pour lui, ce fût Ver­sailles où il re­trou­va un com­père de Sa­ra­mon et bien des an­nées après, les vi­rées de nos bons Gas­cons dans l’en­vi­ron­ne­ment de la ca­pi­tale était tou­jours l’ob­jet de ré­cits épiques. Le re­tour sur ses terres pas­sa par Riscle avant de re­joindre le bu­reau de Seissan mais aus­si sa mai­son na­tale de Bet­cave. Jean Ma­gnouac était l’image même du fac­teur de nos vil­lages tou­jours jo­vial, un mot pour l’un, un mot pour l’autre, bé­ret vis­sé sur la tête, par­cou­rant à pied les rues de Seissan, son gros sac de cuir ou­vert sur son ventre. Ses congés, il les pre­nait tou­jours au dé­but de l’au­tomne, afin d’al­ler faire les ven­danges chez des amis du cô­té de Cas­té­ra. Pas­sion­né par les abeilles, il avait tout l’équi­pe­ment du par­fait api­cul­teur, ré­col­tant des es­saims et dis­tri­buant en­suite le miel à son en­tou­rage, ani­mé par son grand sens de la fa­mille et de l’ami­tié. A la re­traite, il culti­vait avec soin son jar­din, par plai­sir plu­tôt que par né­ces­si­té puisque sa pro­duc­tion de lé­gumes dé­pas­sant lar­ge­ment sa consom­ma­tion, beau­coup en bé­né­fi­ciaient. Homme dis­cret et ré­ser­vé, il sa­vait ce­pen­dant af­fir­mer ses opi­nions, mais sa com­pa­gnie était tou­jours fort agréable. Il fré­quen­tait ré­gu­liè­re­ment le club des anciens de Simorre et tant que sa san­té le lui a per­mis, il était un adepte des voyages. Plu­sieurs man­dats de Con­seiller mu­ni­ci­pal confirment son at­ta­che­ment à son vil­lage dont il ne ra­tait ja­mais une manifestation, étant par prin­cipe ins­crit d’of­fice ! Son en­train, sa convi­via­li­té, son dé­voue­ment vont man­quer à beau­coup. Aus­si sa dis­pa­ri­tion est-elle cruel­le­ment res­sen­ti par tout le vil­lage. Que toutes les marques de sym­pa­thie soient un ré­con­fort pour sa soeur, ses nièces et ne­veux et tous ceux qui sont af­fec­tés par ce deuil !

Bé­ret vis­sé sur la tête, sou­riant, tel était Jean Ma­gnouac !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.