Les syn­di­cats mo­bi­lisent pour re­va­lo­ri­ser les re­traites

So­cial

Le Petit Journal - L'hebdo local du Lot - - Cahors -

Les re­pré­sen­tants dé­par­te­men­taux du Lot ras­sem­blés au­tour d’un large mou­ve­ment in­ter­syn­di­cal dont font par­tie la CGT, FO, et la FSU se sont re­trou­vés dans les lo­caux de Force Ou­vrière à la Bourse du Tra­vail lun­di ma­tin 16 no­vembre 2015 à Ca­hors. Mau­rice Le­point et Alain Bruere pour FO, Guy La­vergne et Jean Luc Cou­derc pour la CGT et Jean Marc Ro­dier (FSU) évoquent tour à tour la baisse chro­nique du ni­veau de vie des re­trai­tés. Dans notre dé­par­te­ment, les re­trai­tés re­pré­sentent un quart de la po­pu­la­tion, et l’on constate qu’ils sont de plus en plus tou­chés par la baisse de leur pou­voir d’achat.

Le ni­veau de vie des re­trai­tés se dé­grade

D’une ma­nière gé­né­rale, le ni­veau de vie des sa­la­riés pro­gresse, en moyenne de 1% par an, alors que ce­lui des re­trai­tés dans le même temps stagne ou se dé­grade. Se­lon les en­quêtes IN­SEE, la pen­sion moyenne des re­trai­tés s’élè­ve­rait à 1306 eu­ros brut par mois (1642 pour les hommes, mais seule­ment de 993 eu­ros pour les femmes) ; la grande ma­jo­ri­té des re­trai­tés est im­pac­tée par le poids crois­sant des dé­penses contraintes qui re­pré­sentent 75 % dans les bud­gets et par la diminution glo­bale du pou­voir d’achat. Avant la ré­forme de 1993 (Ré­gime Gé­né­ral), celle de 2003 (Fonc­tion Pu­blique) et celle de 2008 (ré­gimes spé­ciaux), les pen­sions étaient in­dexées sur les sa­laires. De­puis, elles sont toutes in­dexées sur l’in­dice des prix à la consom­ma­tion. Ce nou­veau mode de cal­cul est cen­sé ga­ran­tir le pou­voir d’achat des re­trai­tés sur le long terme, or il n’en est rien ! Les re­pré­sen­tants syn­di­caux constatent que de­puis 2003 l’écart se creuse de plus en plus entre le SMIC et les pen­sions. Des mil­liers de re­trai­tés ini­tia­le­ment do­tés d’une pen­sion égale ou lé­gè­re­ment su­pé­rieure au SMIC per­çoivent au­jourd’hui une pen­sion lar­ge­ment en des­sous du seuil du sa­laire mi­ni­mum (987 eu­ros) ce qui ne per­met pas de vivre dé­cem­ment. Les re­ven­di­ca­tions Dans ce contexte, l’en­semble des syn­di­cats ap­pellent les re­trai­té(e)s à par­ti­ci­per à une jour­née na­tio­nale de mo­bi­li­sa­tion pour une re­va­lo­ri­sa­tion des re­traites le mar­di 24 no­vembre 2015 à 14 heures à la salle de la Bourse du Tra­vail à Ca­hors. Les syn­di­cats de­mandent l’ar­rêt du gel des pen­sions, l’aug­men­ta­tion des pen­sions di­rectes et des pen­sions de re­ver­sions pour les femmes et pour les hommes, et d’une ma­nière gé­né­rale, l’amé­lio­ra­tion du pou­voir d’achat de tous les re­trai­tés. Le re­tour à une re­va­lo­ri­sa­tion an­nuelle des pen­sions au 1er jan­vier de l’an­née pre­nant en compte la re­va­lo­ri­sa­tion des sa­laires, la mise en oeuvre au 1er Jan­vier 2O16 d’une loi sur l’adap­ta­tion de la so­cié­té au vieillis­se­ment avec la prise en charge de la perte d’au­to­no­mie par la Sécurité So­ciale sont lis­tés comme des re­ven­di­ca­tions prio­ri­taires. Une forte mo­bi­li­sa­tion de l’en­semble des re­trai­tés est at­ten­due pro­chai­ne­ment même si à l’heure de ces lignes le sou­ci de la sécurité pour tous res­tait pré­gnant suite aux ré­cents at­ten­tats de Pa­ris.

Les re­pré­sen­tants syn­di­caux très mo­bi­li­sés sur le dos­sier des re­traites

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.