Le point fort.

Le Petit Journal - L'hebdo local du Lot - - Département -

Une se­maine dé­jà s’est écou­lée de­puis cette soi­rée de sang et de cendre au cours de la­quelle tant de vies ont été bri­sées. Celles des 130 tués, se­lon le bi­lan en­core pro­vi­soire. Celles des cen­taines de bles­sés. Celles de fa­milles, d’amis qui vont vivre pour le res­tant de leurs jours avec, au coeur, un vide im­pos­sible à com­bler.

Sans faire l'apo­lo­gie de la loi du ta­lion, il y a un temps pour le deuil et un pour la ven­geance. Même si le deuil est tou­jours là, il y a de­puis un mo­tif de soulagement: la mort d’Ab­del­ha­mid Abaaoud dans l’as­saut me­né mer­cre­di ma­tin. Soulagement, oui, de sa­voir qu'il a re­joint son pa­ra­dis de fou d'Al­lah. Sa­luons le tra­vail de la po­lice dans l'en­quête et son im­mense cou­rage dans l'as­saut face à des ka­mi­kazes.

Mais qui pour­ra croire un ins­tant que ce pe­tit Bel­go-Ma­ro­cain a pu conce­voir l’en­semble de l’opé­ra­tion? Par quel mi­racle cet homme de main se se­rait-il chan­gé en pen­seur de guerre? La triste et cruelle vé­ri­té est que l’an­cien caïd des cours d’école de Mo­len­beek a ser­vi de chair à ca­non. Comme la plu­part des dji­ha­distes eu­ro­péens, il a été li­vré au feu des balles car sa mort était de­ve­nue plus utile que sa vie. La dé­ci­sion a été prise par des ins­tances su­pé­rieures qui, de­puis la Syrie, avaient voi­là long­temps pré­vu et pro­gram­mé ce coup de main. Ce sont eux qui tirent les fi­celles dans l’ombre et nous montrent en­suite les ma­rion­nettes pour leur jeu ma­cabre. Ce sont eux qui l’ont en­voyé dans une Eu­rope dont ils connaissent la si­tua­tion. Eux, ce sont, les lieu­te­nants Abou Ba­kr al-Badh­da­di, le ca­life de Daesh, ceux qui ap­pliquent le bré­viaire de la vic­toire par le maxi­mum de ter­reur, écrit par l’un de leur théo­ri­cien.

Cette fois-ci, en France, on a dé­ci­dé de pas­ser à l’ac­tion plu­tôt que de «mar­cher» et cette fois-ci les mé­dias ont dé­ci­dé de pu­blier le nom des vic­times ce qui ne fut pas le cas par le pas­sé. En par­ti­cu­lier après les as­sas­si­nats per­pé­trés par Mo­ha­med Me­rah en mars 2012. Ses vic­times s’ap­pe­laient Imad Ibn Zia­ten, Abel Chen­nouf, Mo­ha­med Le­gouad, Jo­na­than Sand­ler, Ga­briel Sand­ler, Arieh Sand­ler, My­riam Mon­so­ne­go. Ne les ou­blions pas.

Décès

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.