L’Or­meau, L’Ol­mie et les Ol­mels (de Mont­cuq)

Le Petit Journal - L'hebdo local du Lot - - Sud - Quercy -

L’oc­ci­tan écrit « Olme »(OUl­mé en oc­ci­tan par­lé)= Fran­çais « Or­meau ». L’Ol­mie fut donc une Or­me­raie. L’Orme était « arbre des lieux de Jus­tice »et des sites de confins. Mont­cuq eut un « Bàr­ri dels Ol­mels » (des Or­meaux) où fut bâ­ti ,fin 13ème s, le Couvent des Fran­cis­cains dits « Cor­de­liers » car por­tant une cein­ture de corde de chanvre .(= Oc­ci­tan « Canàbe »d’où « ca­na­bal »= ché­ne­vière) plante tex­tile ja- dis fort culti­vée sur les meilleures terres : les jar­dins des pentes nord de Mont­cuq furent des « ca­na­bals ».

Avant le Couvent des Cor­de­liers les Ol­mels de Mont­cuq furent-ils le lieu du gi­bet?

Au 17ème s la cha­pelle du Couvent (une nef à 12 cha­pelles la­té­rales!) était siège de la confré­rie des Mé­de­cins et Apo­thi­caires les­quels uti­li­saient les jeunes écorces d’Or­meaux en pom­mades der­ma­to­lo­giques avec comme ex­ci­pient de la graisse hu­maine pré­le­vée sur les ca­davres des condam­nés ,à dé­faut on se conten­tait de graisse de porc, tués pour la Saint Pour­quier ,ou mieux d’OURS, celle de Blai­reaux( Tàs­gos/Tàs­cos en Gau­lois d’où l’oc­ci­tan « Téys­sou »= porc?) étant su­pé­rieure mais no­cive pour les os en cas de frac­tures ul­té­rieures.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.