À la dé­cou­verte de Char­lotte Delbo

Les mots pour trans­mettre

Le Petit Journal - L'hebdo local du Lot - - Causse Central -

Jeu­di 19 no­vembre à 20 h 30, la Bi­blio­thèque de Gra­mat pro­po­sait une soi­rée « À la dé­cou­verte de Char­lotte Delbo ».

Cette ré­sis­tante, écri­vaine, té­moin de son temps, est à l’égal de Pri­mo Le­vi, sur­vi­vante des camps de la mort. In­jus­te­ment mé­con­nue, son oeuvre, pour­tant, est riche d’un té­moi­gnage es­sen­tiel et sin­gu­lier.

« Qui rap­por­te­ra ces pa­roles ? »*

Cette soi­rée a per­mis de dé­cou­vrir ou de re­dé­cou­vrir des mots, des images tra­giques de la vie au camp d’Au­sch­witz.

Com­mu­niste, is­sue d’une famille d’im­mi­grés ita­liens, elle tra­vaille avant la guerre comme as­sis­tante du met­teur en scène Louis Jouvet. Elle s’en­gage en 1941 dans la Ré­sis­tance avec son ma­ri Georges Du­dach qui se­ra ar­rê­té avec elle et fu­sillé en 1942. Elle est dé­por­tée à Au­sch­witz par le convoi du 24 jan­vier 1943 par­mi 230 femmes. Elle se­ra l’une des 49 res­ca­pées de ce convoi qui compte prin­ci­pa­le­ment des dé­por­tées po­li­tiques. Elle dé­cide pen­dant sa dé­por­ta­tion qu’elle écri­ra à son re­tour le té­moi­gnage de ce qu’elles ont vé­cu. Il ne se­ra pu­blié qu’en 1965 sous le titre « Au­cun de nous ne re­vien­dra ».

Tout au long de la soi­rée, des textes de Char­lotte Delbo furent lus par Da­niel Garbe, Ca­ro­line Mey-Fau, San­drine Mage, Ma­rie-Ch­ris­tine Houze. La soi­rée était ani­mée par Isa­belle Giard. Cette pas­sion­née de l’oeuvre de Char- lotte Delbo a su trans­por­ter le temps d’une soi­rée les spec­ta­teurs dans cet uni­vers lit­té­raire.

Ex­traits d’en­tre­tien ra­dio­pho­nique, lec­tures de textes, la plume in­imi­table, la voix et le rire cris­tal­lin de Char­lotte Delbo écla­taient au mi­lieu de l’as­sis­tance.

Les mots im­pla­cables de la réa­li­té sor­dide des dé­por­tés, le froid cou­pant, l’épui­se­ment, la faim, mais aus­si l‘es­poir, la so­li­da­ri­té, Char­lotte Delbo les a res­ti­tués à la per­fec­tion dans tous ses écrits.

Ce soir-là à la Bi­blio­thèque de Gra­mat, il fal­lait en­tendre les mots, les pa­roles que nous lance Char­lotte Delbo à tra­vers le temps. Pour ne ja­mais ou­blier, pour que ja­mais ce­la ne puisse se re­pro­duire. Ces mots sont forts, poi­gnants, atroces, mais ces mo­ments qu’elle nous donne, ayons la vo­lon­té et le cou­rage de les lire, de les sai­sir, pour com­prendre l’éner­gie du cou­rage, et la force de la ré­sis­tance au pire.

« L’ad­mi­rable est que nous res­tions de­bout »

En­ten­dons ces pa­roles ve­nues de l’en­fer et qui font un écho lu­gubre aux ins­tants que vivent nos peuples à l’heure ac­tuelle. « Gar­der sa ca­pa­ci­té de pen­ser », Char­lotte Delbo tout au long de ses écrits nous in­ter­pelle pour nous crier « Pas de haine ! ». Veillons à gar­der ces pa­roles pré­cieu­se­ment.

Lec­ture de texte à trois voix

Dé­cou­vrir Char­lotte Delbo le temps d’une soi­rée

Ca­the­rine Mey-Fau lit Char­lotte Delbo

Isa­belle Giard

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.