Le Pre­mier de cor­dée

Le Petit Journal - L'hebdo local du Lot - - NEWS -

Il­let­tré, Al­coo­lique, Gens de rien, Fai­néant, Fou­teur de bor­del, “Tu peux être culti­vé et par­ler comme le Pré­sident” Mais, ne te laisse pas mon­ter sur la cer­velle !

Tu sais très bien, Toi, que le “Pre­mier de Cor­dée” ha­bite à Bruxelles et que son ar­gent est aux Ba­ha­mas, qu’il se contre-fiche des autres et ne vise que ses in­té­rêts. Quant au se­cond de cor­dée il as­pire à l’être. On n’a ja­mais vu un pro­fi­teur, qui na­vigue al­lè­gre­ment sur les crêtes som­mi­tales du ca­pi­ta­lisme, condes­cendre à l’étage du des­sous, mieux en­core, dans la com­pé­ti­tion néo-li­bé­rale, il lui faut “cre­ver” ses sui­veurs. Il n’a ni voi­sins, ni fa­milles, ni pays que des ri­vaux. Ce­lui qui gagne sans tra­vailler des mil­lions sur le dos des In­gé­nieurs, des Col­la­bo­ra­teurs ou du Pays va par­ta­ger ? Compte là des­sus ! Et, si par­fois il s’abaisse c’est qu’il y trouve un sub­stan­tiel avan­tage.

L’in­di­vi­du for­ma­té dès le ber­ceau et les Écoles au mé­pris des “Classes in­fé­rieures” et à l’ex­ploi­ta­tion des Hommes, va faire quoique ce soit contre ses in­té­rêts et te tendre la main jusque dans la val­lée ? Rien. Que dalle ! La théo­rie du ruis­sel­le­ment - qui en­cou­rage les riches à s’en­ri­chir da­van­tage grâce aux aides et aux di­mi­nu­tions fis­cales afin que leur ri­chesse ruis­selle sur les Pauvres - a pour ré­sul­tats : d’une part la hié­rar­chie des sa­laires de 1 à 400, les su­per­pro­fits, le ren­for­ce­ment des pri­vi­lèges et les pa­ra­dis fis­caux, et, d’autre part les mil­lions de Chô­meurs et les mil­lions de Pauvres. De­puis 40 ans on connait les ef­fets de cette théo­rie fourbe et per­verse. En réa­li­té d’un co­té on a les mil­liards d’aides aux en­tre­prises sans contre-par­tie

et à fonds per­dus pour la col­lec­ti­vi­té, et, de l’autre co­té, la perte des mé­tiers et des sa­voirs faire, les fer­me­tures d’usines, les dé­lo­ca­li­sa­tions, les li­cen­cie­ments, la pau­vre­té et la baisse des pro­tec­tions so­ciales. Les ré­cents 40 mil­liards d’aide de l’État et les al­lè­ge­ments de charges aux en­tre­prises, ont mon­tré qu’ils n’ap­por­taient rien en terme d’em­ploi, pas plus que les mil­liards d’aides dis­tri­bués de­puis 30 ans sous l’em­pire des dif­fé­rents gou­ver­ne­ments com­plices. Le style et le dis­cours Ma­cron change de forme, mais le fond reste le même, et, la pa­ra­bole mon­ta­gnarde n’y change rien, pour la rai­son que les mêmes causes conduisent aux mêmes ef­fets sou­hai­tés, l’hy­per-ca­pi­ta­lisme. Un suc­cès pour les nan­tis une ca­la­mi­té pour les Pauvres gens. Hy­po­cri­sie, pro­pa­gande, an­gé­lisme ou stu­pi­di­té des com­mu­ni­cants ? qui te consi­dèrent à chaque fois pour un idiot !

“Ju­pi­ter” - “le pre­mier de cor­dée” - et puis quoi en­core ! Tout ce bruit de fond re­layé en boucle par les jour­na­listes cour­bés. Écoeu­rant ! Fran­çais moyens, Pe­tits fonc­tion­naires, Chô­meurs, Re­trai­tés al­lons souf­frir comme ja­mais du­rant 5 ans. “Ce­lui qui est Ci­toyen d’un mau­vais gou­ver­ne­ment n’a pas de chance”

Sa­lut et Fra­ter­ni­té

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.