Pour­quoi le beurre de­vient rare dans les grandes sur­faces ?

Le Petit Journal - L'hebdo local du Lot - - NEWS -

La France manque de beurre. Une moindre pro­duc­tion, la flam­bée du prix du beurre et la ri­gi­di­té du sys­tème de la grande dis­tri­bu­tion ex­pliquent, no­tam­ment, cette si­tua­tion.

Jus­qu’à pré­sent, seuls les gros­sistes étaient confron­tés à la ra­re­té du pro­duit. Dé­sor­mais, la pé­nu­rie touche aus­si les par­ti­cu­liers. « Les marques des dis­tri­bu­teurs sont les pre­mières tou­chées », dé­clare Gé­rard Cal­brix de la Fé­dé­ra­tion Na­tio­nale de l’In­dus­trie Lai­tière.

Avec la grande dis­tri­bu­tion, les prix sont fixés une fois par an, Cette an­née en fé­vrier. Or, de­puis le prix a pra­ti­que­ment dou­blé, fri­sant même les 200% : le prix du beurre in­dus­triel est pas­sé de 2.500 € la tonne, en avril 2016, à près de 8.000 € fin sep­tembre. Les grandes sur­faces n’ont pas vou­lu ajus­ter leurs prix.

« Des cas de pé­nu­rie de beurre a dit Ma­thieu Labbe, de la fé­dé­ra­tion des en­tre­prises de bou­lan­ge­rie. Nous ne pou­vons pas faire de crois­sants sans beure ».

La France n’est pas seule concer­née la flam­bée du prix du beurre. Il y a une forte de­mande de beurre dans le monde : en Asie, où pâ­tis­se­ries et vien­noi­se­ries font un ta­bac, aux USA où les Amé­ri­cains consomment de nou­veau du beurre, car plu­sieurs études l’ont « ré­ha­bi­li­té ».

En­fin, de nom­breux fa­bri­cants de pro­duits lai­tiers se sont mis à la pro­duc­tion de fro­mages qui offre de meilleurs ren­de­ments car le prix du lait est au plus bas. Si la de­mande en beurre reste forte, créant une pé­nu­rie, les consom­ma­teurs se­ront-t-ils ra­tion­nés ?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.