France : les chan­tiers ne manquent pas

L’équipe de France s’est qua­li­fiée pour le Mon­dial 2018 en tant que pre­mière de groupe, mais pro­duit un jeu quel­conque voire mé­diocre : il lui reste huit mois pour s’at­te­ler à di­vers chan­tiers et conqué­rir les coeurs avant de ral­lier la Rus­sie.

Le Populaire du Centre (Creuse) - - Sports -

«Ily a du tra­vail dans toutes les lignes, je ne fo­ca­lise pas sur un sec­teur plus que l’autre », a ré­su­mé Di­dier Des­champs mar­di soir. « On n’a pas maî­tri­sé au cours des matches et dans l’en­chaî­ne­ment des matches. Je ne suis pas borgne ou aveugle, je m’en rends compte. ». Deux « gros matchs ami­caux », se­lon « DD », se pro­filent dans la pre­mière quin­zaine de novembre, dont un contre l’Al­le­magne le 14 à Co­logne, puis deux autres en mars. Le sé­lec­tion­neur va « concer­ner les joueurs » convo­qués, « pas for­cé­ment dans le même sys­tème », c’est­à­dire pour­suivre les es­sais. Les matchs préMon­dial ser­vi­ront à « la pré­pa­ra­tion du pre­mier match de Coupe du mon­ de », sous­en­ten­du à ro­der une équipe­type. Pour l’heure, le fond de jeu ef­fraie, avec der­niè­re­ment deux vic­toires très la­bo­rieuses (1­0 sa­me­di en Bul­ga­rie puis 2­1 contre le Be­la­rus mar­di). Pré­cé­dem­ment, le 4­0 in­fli­gé aux Pays­Bas fin août ap­pa­raît comme une pa­ren­thèse en­chan­tée entre deux contre­per­for­mances en qua­li­fi­ca­tions, un re­vers 2­1 en Suède dé­but juin et un pi­teux 0­0 concé­dé à do­ mi­cile face au Luxem­bourg en sep­tembre. « On a eu de très bons dé­buts d’éli­mi­na­toires, dans les ré­sul­tats et la maî­trise, puis ça s’est dé­li­té au fil du temps, sous l’ef­fet de l’an­xié­té, de la pres­sion, et du re­mue­mé­nage : des jeunes joueurs ont in­té­gré le groupe et ont bous­cu­lé les codes, la hié­rar­chie », ana­lyse l’exin­ter­na­tio­nal Vincent Gué­rin. « Est­ce qu’on les in­tègre au fur et à me­sure ou on leur donne des res­pon­sa­bi­li­tés plus consé­quentes ? Il faut trou­ver de la com­pli­ci­té entre les joueurs, avoir un onze­type pour peau­fi­ner l’har­mo­nie », ajoute l’ex­joueur du PSG. La nou­velle gé­né­ra­tion (Mbap­pé, Dem­bé­lé, Men­dy, Le­mar...) offre un po­ten­tiel de choix mais n’a pas en­core « l’ex­pé­rience in­ter­na­tio­nale » chère à « DD ». Le chan­tier porte sur l’uti­li­sa­tion de ces pé­ pites, et leur as­so­cia­tion avec les cadres. « Il y a eu pas mal de mou­ve­ment de­puis l’Eu­ro2016, il faut re­bâ­tir une ho­mo­gé­néi­té pour re­trou­ver un col­lec­tif. On a des in­di­vi­dua­li­tés mais le col­lec­tif est moins pré­sent. C’est là où le bât blesse, et peut­être aus­si le manque de lea­ders », ajoute Gué­rin. C’est sur­tout l’ani­ma­tion of­fen­sive qui pose ques­tion. Qui ali­gner au­tour d’An­toine Griez­mann, dé­si­gné « lea­der d’at­taque » par Des­champs après son Eu­ro 2016 de haut vol (meilleur joueur et meilleur bu­teur), et qui a fait le tra­vail dans ces éli­mi­na­toires, sans y briller par­ti­cu­liè­re­ment ? Mous­sa Sis­so­ko et Di­mi­tri Payet semblent dé­pas­sés par les émer­gents Ous­mane Dem­bé­lé ou le re­ve­nant King­sley Co­man, et par Tho­mas Le­mar, mais ceux­ci doivent en­core s’aguer­rir. Oli­vier Gi­roud reste l’avant­centre n° 1, et sa com­pli­ci­té avec « Gri­zi » est pré­cieuse. Il fait éter­nel­le­ment dé­bat, de­puis qu’il a suc­cé­dé en novembre 2015 à Ka­rim Ben­ze­ma, dont la mise à l’écart, suite à l’af­faire du chan­tage à la sex­tape, pour­rait en­core être ques­tion­née. Quid de Gi­roud en Bleu s’il conti­nue à être rem­pla­çant à Ar­se­nal ? Alexandre La­ca­zette n’a ja­mais vrai­ment sai­si sa chance en sé­lec­tion, comme der­niè­re­ment en Bul­ga­rie. Et Ky­lian Mbap­pé, s’il apporte tou­jours un souffle, peine à se rendre in­dis­cu­table.

QUA­LI­FIÉS. Les Bleus de Di­dier Des­champs sont en route pour la Rus­sie. Ils ont huit mois pour rendre l’équipe plus sé­dui­sante.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.