Dé­serts mé­di­caux : l’Etat dé­voile son plan à Châ­lus

Un exemple et des pistes avant le dis­cours du Pre­mier mi­nistre.

Le Populaire du Centre (Creuse) - - La Une -

Édouard Phi­lippe, qui a pro­gram­mé une sé­rie de ren­dez-vous hier et au­jourd’hui à Ma­ti­gnon avec les re­pré­sen­tants des élus lo­caux, s’em­ploie à cal­mer la grogne des col­lec­ti­vi­tés sur leurs fi­nances.

ÀMa­ti­gnon, on re­con­naît être ac­tuel­le­ment « un peu au front » sur le su­jet des col­lec­ti­vi­tés lo­cales… C’est avec les ré­gions et l’ARF (Ré­gions de France) que le feu couve le plus. Hé­ri­tier d’une pro­messe se­lon lui non fi­nan­cée de l’exé­cu­tif Hol­lande, Édouard Phi­lippe a dé­ci­dé de ne pas ho­no­rer un « chèque en blanc » de 450 mil­lions d’eu­ros de l’État pour do­per l’in­ves­tis­se­ment des ré­gions. Fu­rieuses, ces der­nières ont quit­té la table de la « Con­fé­rence des ter­ri­toires », le fo­rum de dia­logue entre l’État et les col­lec­ti­vi­tés vou­lu par Ma­cron. S’il as­sume sa dé­ci­sion au nom des im­pé­ra­tifs bud­gé­taires, Édouard Phi­lippe a ap­pe­lé les ré­gions à re­ve­nir à la table des dis­cus­sions. Il a tou­te­fois dit mar­di, au Sé­nat, voir dans leur at­ti­tude « une pe­tite dose de mau­vaise foi ».

Un « contrat »

« L’ARF est un peu dans un jeu de rôle à sin­ger la co­lère. Il y a un jeu po­li­tique et du double lan­gage. Xa­vier Ber­trand et Va­lé­rie Pé­cresse (pré­si­dents LR des Hauts­de­France et de l’Île­de­France) no­tam­ment sont dans un agen­da po­li­tique, pas dans un agen­da d’in­té­rêt gé­né­ral », grince un lieu­te­nant d’Édouard Phi­lippe. Quant à l’AMF (As­so­cia­tion des maires de France), elle a de nou­veau dé­non­cé, hier, les « dé­ci­sions bru­tales et uni­la­té­rales » de l’exé­cu­tif en­vers les col­lec­ti­vi­tés. Le gou­ver­ne­ment dé­fend un « contrat » avec les 319 plus grandes col­lec­ti­vi­tés (les ré­gions, les dé­par­te­ments, les ag­glo­mé­ra­tions de plus de 150.000 ha­bi­tants et les villes de plus de 50.000) : ra­len­tis­sez la hausse de vos dé­penses et l’État vous don­ne­ra un coup de pouce pour vos in­ves­tis­se­ments. Les ef­forts se­ront moindres pour les pe­tites col­lec­ti­vi­tés. Quant aux dé­par­te­ments, ils at­tendent des so­lu­tions de l’État sur le fi­nan­ce­ment du RSA dont ils ont la tu­telle, ain­si que sur l’aide aux mi­neurs étran­gers non ac­com­pa­gnés, au coût crois­sant sur fond de crise mi­gra­toire.

PHO­TO AFP

BUD­GET. L’exé­cu­tif a de­man­dé 3 mil­liards d’éco­no­mies sup­plé­men­taires aux col­lec­ti­vi­tés.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.