Dis­pa­ri­tion du chan­teur haut­vien­nois Jacques­Emile Des­champs

Le chan­teur et écri­vain, Jacques­Emile Des­champs est dé­cé­dé

Le Populaire du Centre (Creuse) - - La Une -

Chan­teur, écri­vain, poète, spé­cia­liste des mé­de­cines orien­tales, Jacques-Emile Des­champs est dé­cé­dé d’un can­cer fou­droyant, à 67 ans, dans la nuit de di­manche à hier, à son do­mi­cile, à Li­moges.

Le monde de la chan­son et de la musique a ap­pris hier avec émo­tion et conster­na­tion la dis­pa­ri­tion de Jac­quesE­mile Des­champs. Ori­gi­naire de Saint­Ju­nien où il est né en 1950, Jac­quesE­mile Des­champs s’est pas­sion­né très jeune pour la poé­sie. Très in­ves­ti dans les évé­ne­ments de mai 1968, il in­ter­rompt ses études uni­ver­si­taires pour se consa­crer à la musique. As­cen­sion ful­gu­rante. Sa car­rière mu­si­cale dé­marre très vite et très fort en 1972 avec son pre­mier al­bum Non Re­tour cou­ron­né du pre­mier prix Sa­cem. Ses chan­sons d’amour et de ré­volte sont ins­pi­rées par Léo Fer­ré, Jacques Brel et les ar­tistes de la Beat ge­ne­ra­tion, Bob Dylan en tête. A 23 ans, il est en­ga­gé comme di­rec­teur ar­tis­tique chez Vogue, ce qui en fait un des plus jeunes de la pro­fes­sion. Son deuxième al­bum L’ha­bi­tude est sa­lué par la cri­tique. Son titre phare Cet en­fant qui n’est pas de moi fait par­tie de la play­list d’Eu­rope 1. La ra­dio l’en­gage sur sa tour­née d’été en 1974. L’an­née s’achève par un concert à l’Olym­pia, où il as­sure la pre­mière par­tie d’un groupe amé­ri­cain. En 1976, il en­re­gistre son 3e al­bum Fré­quences. Avec sa gui­tare et sa voix chaude et pro­fonde, il se pro­duit dans de nom­breux fes­ti­vals, de la fête de l’Hu­ma au pa­lais des Glaces, au Prin­temps de Bourges jus­qu’au fes­ti­val de Mexi­co de­vant 20.000 per­sonnes. Il as­sure les pre­mières par­ties de Léo Fer­ré, Jean Fer­rat, Pierre Per­ret… Il se lie d’ami­tié avec Claude Nou­ga­ro et met son ta­lent de plume au ser­vice de Marc Oge­ret. A cette époque, il commence à s’in­té­res­ser aux mé­de­cines orien­tales et à la spi­ri­tua­li­té du tao. Mé­de­cine chi­noise. Dans les an­nées quatre­vingt, changement de cap. Le poète re­belle vit tou­jours à Pa­ris mais choi­sit de tour­ner le dos à la chan­son à texte. Il di­ver­si­fie ses ac­ti­vi­tés en com­po­sant des mu­siques de films pu­bli­ci­taires ou de sit­coms et écrit pour des re­vues spé­cia­li­sées. A par­tir de 1990, entre deux voyages, le chan­teur de­ve­nu sage se consacre à l’écri­ture de livres et donne des confé­rences. Il pu­blie une di­zaine d’ou­vrages sur la mé­de­cine chi­noise, la spi­ri­tua­li­té, les mas­sages éner­gé­tiques et même un ro­man po­li­cier, Le Truc pu­blié dans la cé­lèbre col­lec­tion « Sé­rie noire » chez Gal­li­mard sous le pseu­do­nyme de Matt Mes­sa­ger. Re­tour à Li­moges. Re­ve­nu à Li­moges, dans les an­nées 2000, le dé­mon de la musique le rat­trape. Il fait son re­tour sur scène en 2016 avec un nou­vel al­bum Pro­phé­ties or­di­naires, en­re­gis­tré à Li­moges avec Oli­vier Mé­nar­di et son nou­veau groupe Thar­ma spi­rit. Il com­pose plu­sieurs chan­sons pour Li­moges opé­ra rock. Jacques­Emile Des­champs se fai­sait une joie de dé­cou­vrir le pro­jet mu­si­cal de Pas­cal Cha­mou­laud sur la scène de l’opé­ra de Li­moges à la fin de l’an­née. Il tra­vaillait à l’écri­ture d’un re­cueil de poé­sie. Ses ob­sèques au­ront lieu de­main à 11 heures au fu­né­ra­rium de Lan­douge.

PHOTO D’ARCHIVES : DO­MI­NIQUE MORAND

CHAN­TEUR. Jacques-Emile Des­champs.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.