Ces conteurs qui prennent la pa­role à Vas­si­vière

L’île de Vas­si­vière, entre Creuse et Haute-Vienne, ac­cueille­ra du 18 au 26 août la 24e édi­tion du fes­ti­val Pa­roles de conteurs. Un voyage d’une se­maine au pays ima­gi­naire des contes.

Le Populaire du Centre (Creuse) - - La Une - Pau­line Ra­pi­nat

FES­TI­VAL. Pa­roles de conteurs : une se­maine d’his­toires contées.

Il était une fois, au pays ima­gi­naire de Vas­si­vière, un fes­ti­val où près de 10.000 vi­si­teurs se rendent chaque an­née comme gui­dé par un flû­tiste de Ha­me­lin. C’est en 1995, que Jean­Louis Bor­dier, di­rec­teur de l’amé­na­ge­ment du lac, dé­cide de re­dy­na­mi­ser l’ac­ti­vi­té tou­ris­tique. En pas­sion­né de contes, d’his­toires, et de lé­gendes ima­gi­naires, il crée ce fes­ti­val, pour don­ner la pa­role aux conteurs.

Des contes en tout genre

De­puis ce jour, près d’une cen­taine de conteurs, pro­fes­sion­nels ou non, dé­filent chaque an­née sur l’Île, et trans­portent le pu­blic dans un voyage chi­mé­rique. Des contes en tous genres, tra­di­tion­nel ou in­ven­té, pour pe­tits et grands. « Il y a vrai­ment de tout, et pour tous les goûts : du tra­di­tion­nel, des créa­tions, des contes en mu­si­

ques, des ré­cits de vie. Il y a un pa­nel de contes ac­ces­sibles à tous. Pour les plus jeunes et pour les oreilles un peu plus aver­ties », ex­plique San­drine Bor­dier­Mar­tin, co­or­di­na­trice gé­né­rale.

Chaque an­née, le fes­ti­val Pa­roles de Conteurs dé­passe les fron­tières. C’est un pu­blic fi­dèle,

de pas­sion­nés, qui n’hé­sitent pas à ve­nir de Bel­gique, de Suisse et d’Al­le­magne. « Il y a une au­dience bien lo­cal, mais aus­si des ha­bi­tués qui viennent de loin », ex­plique San­drine. « Le conte est uni­ver­sel. Cha­cun peut s’iden­ti­fier aux his­toires que l’on peut en­tendre. C’est un moyen d’éva­sion ».

Au coeur du fes­ti­val du­rant une se­maine, l’île de Vas­si­vière va être amé­na­gée pour trans­fé­rer le pu­blic dans un cadre en­core plus ir­réel. « Notre but, est que les gens ar­rivent dans un havre ima­gi­naire et se sentent chez eux pour une se­maine. On es­saie d’amé­na­ger le champ où se tien­dra le fes­ti­val, avec des ob­jets de ré­cup’, des dons. On le dé­core, avec des es­paces de détente, des ca­na­pés, ain­si que plu­sieurs pe­tits stands éphé­mères », expose la co­or­di­na­trice gé­né­rale.

À l’écoute des contes, cha­cun re­trouve une âme d’en­fant. Et beau­coup de conteurs re­tombent dans leurs propres sou­ve­nirs de jeu­nesse, et se plaisent à in­ven­ter des his­toires, qu’ils au­raient sans nul doute, ai­mé vivre. « Le conte per­dure et se dé­ve­loppe. De plus en plus de per­sonnes écrivent. Le conte, c’est aus­si la mé­moire, des ré­cits de vie sur des mo­ments clés de la vie d’ar­tistes, des his­toires ré­écrites », sou­ligne San­drine Bor­dier­Mar­tin.

PHOTO D’ARCHIVE MI­CHÈLE DEL­PY

IL ÉTAIT UNE FOIS. Cha­cun re­trouve son âme d’en­fant en en­ten­dant les contes.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.