La Jour­née du Livre met à l’hon­neur l’His­toire

Le Populaire du Centre (Creuse) - - La Une - Ma­thilde Car­net

À l’oc­ca­sion de la 23e Jour­née du Livre, « Le Plai­sir de Lire », l’as­so­cia­tion or­ga­ni­sa­trice a res­sem­blé au gym­nase de Fel­le­tin plus de 90 au­teurs et édi­teurs, afin de pro­mou­voir la culture lit­té­raire creu­soise, mais pas que.

Des di­zaines de stands, des ex­po­si­tions et des séances de dé­di­caces. Le temps d’une jour­née, le gym­nase de Fel­le­tin s’est trans­for­mé en lieu d’ac­cueil pour un évé­ne­ment cultu­rel très at­ten­du en Creuse : l’an pas­sé ils étaient 2.000 à y ar­pen­ter les al­lées.

Pour cette nou­velle édi­tion, Le Plai­sir de Lire a réuni de nom­breux au­teurs ve­nus de Creuse ou d’ailleurs. « L’amour du livre est le seul cri­tère de sé­lec­tion, ex­plique Ro­bert Gui­not, vice­pré­sident de l’as­so­cia­tion, nous in­vi­tons les au­teurs qui ont pu­blié un livre dans l’an­née et nous ne de­man­dons pas de thème en par­ti­cu­lier, même si beau­coup des livres de cette édi­tion sont his­to­riques. »

C’est le cas de l’ou­vrage qui a ob­te­nu le Prix Jules San­deau, Nous étions des Hommes mal­gré la guerre, at­tri­bué par le ju­ry en fin

de ma­ti­née. Les lau­réats, Va­lé­rie Ma­zet et Mi­chel Kie­ner ont, à tra­vers cet es­sai re­tra­cé le par­cours de plu­sieurs sol­dats du

63e Ré­gi­ment d In­fan­te­rie de ligne de Li­moges, afin d’ana­ly­ser l’en­ca­dre­ment de ce ré­gi­ment pen­dant la Pre­mière Guerre mon­dia­ le. « Nous avons mis six ans à ras­sem­bler tous les té­moi­gnages et in­for­ma­tions sur les 267 of­fi­ciers du ré­gi­ment », ra­conte Va­lé­rie Ma­zet. Un tra­vail de longue ha­leine pour un ré­sul­tat qui a sé­duit le ju­ry du prix, en cette an­née de cen­te­naire de l’Ar­mis­tice du 11 no­vembre 1918.

Com­mé­mo­rer le cen­te­naire de l’Ar­mis­tice de 1918

À quelques pas de là, Phi­lippe Bi­get de l’édi­tion Fon­dencre pré­sente Les Car­nets de guerre et de cap­ti­vi­té, écrits pen­dant la même pé­riode par Jules Ma­rou­zeau. Sous la forme d’un jour­nal in­time adres­sé à son épouse al­le­mande, le sol­dat fleu­ra­tois conte son quo­ti­dien dans les tran­chées, puis en tant que pri­son­nier de guerre. « J’ai pen­sé que ces car­nets avaient un double in­té­rêt. His­to­rique, car très proches de la réa­li­té, et lit­té­raire, car sous la forme d’un jour­nal in­time il expose une ré­flexion sur la guerre très mo­derne », ana­lyse l’édi­teur.

Anne Ma­ni­gaud et l’as­so­cia­tion La Cour­tine 1917 posent un re­gard original sur cette guerre et sur la ré­vo­lu­tion russe, puis­qu’ils pré­sentent 1917 : Le Li­mou­sin et la ré­vo­lu­tion russe. L’his­toire croi­sée d’un jeune ou­vrier li­mou­sin qui se porte vo­lon­taire pour la Rus­sie, alors en ré­vo­lu­tion. Alors qu’en Li­mou­sin, 10.000 sol­dats russes cen­sés ren­for­cer l’ar­mée fran­çaise sur le front ap­prennent la ré­vo­lu­tion qui anime leur pays et veulent y as­sis­ter. Ils se mu­tinent et trans­forment le Camp de la Cour­tine en so­viet.

Axel Khan sur les pas d’un père en­fui

Au mi­lieu de ces livres d’His­toire, c’est celle de son père que pré­sen­tait Axel Khan. Son sui­cide en 1970 qu’il croit, 45 ans après, avoir en­fin com­pris. Sa lettre, qui lui était adres­sée et ses mots « Soit res­pon­sable et hu­main », qu’il in­ter­prète au­jourd’hui dans son livre Jean, un homme hors du temps. Un hom­mage à son père qu’il « res­sus­cite » à tra­vers ses mots.

BARLIER

REN­CONTRE. Les vi­si­teurs ont pu dé­cou­vrir et ren­con­trer les au­teurs et leurs oeuvres.BRU­NO

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.