Le garde des Sceaux inau­gure la ci­té ju­di­ciaire de Li­moges au­jourd’hui

Le Populaire du Centre (Haute-Vienne) - - La Une - Co­ra­lie Zarb

Le mi­nistre a ré­pon­du à nos ques­tions sur les pro­blé­ma­tiques na­tio­nales et ré­gio­nales liées à la justice.

Jean-Jacques Ur­voas se­ra à Li­moges au­jourd’hui. Au pro­gramme : inau­gu­ra­tion de la ci­té ju­di­ciaire et vi­site de la mai­son d’ar­rêt. L’oc­ca­sion de par­ler de l’état de la justice…

Hier, le garde des Sceaux Jean­Jacques Ur­voas nous a ac­cor­dé une in­ter­view té­lé­pho­nique dans la­quelle il a ré­pon­du à nos ques­tions sur le manque de moyens, sur l’image de la justice, sur l’ave­nir de la ju­ri­dic­tion en ré­gion, etc. Les points es­sen­tiels.

Vous êtes garde des Sceaux de­puis un peu plus d’un an, quel état des lieux faites-vous de la justice ? Je n’avais qu’une ob­ses­sion en ar­ri­vant : l’ob­ses­sion fi­nan­cière. Je sa­vais que si je pou­vais être utile, c’était sur le bud­get de la justice. En 2017, nous avons ob­te­nu la hausse la plus im­por­tante du quin­quen­nat. Au­de­là de ce­la, je crois que nous avons im­po­sé ce be­soin dans le dé­bat pu­blic. Dans la lé­gis­la­ture qui vient, il fau­dra un mil­liard d’eu­ros de cré­dits sup­plé­men­taires. Plus de bud­get pour créer des postes ? La justice manque de ma­gis­trats et de per­son­nels… Jus­te­ment, l’in­ves­tis­se­ment de ces der­nières an­nées a été pour la créa­tion de postes. À Li­moges comme ailleurs, il y a des be­soins, mais ce­la ne se fait pas d’un cla­que­ment de doigts. Les graines se­mées il y a deux ans par Ch­ris­tiane Tau­bi­ra portent des fruits que vont ré­col­ter main­te­nant les ju­ri­dic­tions. En 2016, pour la pre­mière fois, le solde entre ceux qui entrent dans la car­rière et ceux qui partent était po­si­tif, avec cent dix ma­gis­trats de plus ! Si ce rythme est main­te­nu, on étein­dra cette ca­rence dans les an­nées à ve­nir. La justice souffre d’un vrai pro­blème d’image dans l’opi­nion pu­blique qui la consi­dère comme trop laxiste… Le temps de la justice n’est pas le temps du com­men­taire. La justice pé­nale est un su­jet ma­ni­chéen pro­pice à la sim­pli­fi­ca­tion. No­tam­ment pour la justice des mi­neurs, qui se passe à huis clos, et sur la­quelle on pro­jette beau­coup de choses. Que pen­sez-vous de la pro­po­si­tion de Fran­çois Fillon d’abais­ser la res­pon­sa­bi­li­té pé­nale à 16 ans ? C’est une mé­con­nais­sance ab­so­lue de ce qu’est la justice des mi­neurs, car cette res­pon­sa­bi­li­té existe dé­jà. Et c’est une fic­tion de croire qu’on de­vient plus ré­pres­sif en bais­sant la ma­jo­ri­té pé­nale… Avec la ré­forme ter­ri­to­riale est née l’in­quié­tude de l’ave­nir des cours d’ap­pel. Celle de Li­moges est-elle en dan­ger ? Non. Je sais que c’est une in­quié­tude mais je n’ai au­cun pro­jet de ré­forme des cartes des cours d’ap­pel et la Chan­cel­le­rie n’en a au­cun non plus. Qu’en est-il des pri­sons ? Vous aviez an­non­cé 12.000 places sup­plé­men­taires à votre ar­ri­vée au mi­nis­tère… J’ai fait une pro­po­si­tion au Pre­mier mi­nistre le 6 oc­tobre der­nier pour que nous puis­sions en­ga­ger des tra­vaux de construc­tion de nou­veaux éta­blis­se­ments dans 33 ag­glo­mé­ra­tions, à par­tir des constats réa­li­sés par l’ad­mi­nis­tra­tion pé­ni­ten­tiaire. Dans le bud­get 2017, il y a 1,2 mil­liard d’eu­ros d’au­to­ri­sa­tions d’en­ga­ge­ment. Avec la dé­marche glo­bale qui est la nôtre et la sol­li­ci­ta­tion des pré­fets, nous es­pé­rons ga­gner du temps sur le re­pé­rage de ter­rain, pour al­ler plus vite. Des pro­jets de pri­sons en Li­mou­sin ? Non, sur les 33 pro­jets, au­cun ne concerne le Li­mou­sin. La mai­son d’ar­rêt de Li­moges connaît de gros pro­blèmes de sé­cu­ri­té, dé­non­cés par le per­son­nel pé­ni­ten­tiaire, no­tam­ment au ni­veau des pro­jec­tions ve­nues de l’ex­té­rieur. Une ré­ponse a-telle été ap­por­tée à ce pro­blème ? Oui, un fi­let de sé­cu­ri­té a été ins­tal­lé et d’autres tra­vaux sont en cours de réa­li­sa­tion qui ren­dront la pro­jec­tion d’ob­jets in­ef­fi­cace. Vous al­lez inau­gu­rer la ci­té ju­di­ciaire flam­bant neuve, chef-d’oeuvre de mo­der­ni­té mais dans la­quelle au­cun por­table ne capte ! Al­lez-vous ap­por­ter une so­lu­tion aux gens de justice confron­tés à ce réel pro­blème au quo­ti­dien ? C’est le sixième pa­lais de justice que j’inau­gure et c’est la troi­sième fois qu’on me parle de ce­la ! Les tri­bu­naux mo­dernes contiennent du fer qui crée une cage de Fa­ra­day qui em­pêche les por­tables de rem­plir leur of­fice. Ce pro­blème est pris en compte dans notre ca­hier des charges. Il fau­drait un am­pli­fi­ca­teur qui coûte 600.000 €, et je n’ai pas 600.000 € sous la main. Mais, dans le mois qui vient, nous al­lons dé­ployer des dis­po­si­tifs mo­men­ta­nés pour ré­gler le pro­blème.

PHO­TO AFP

JEAN-JACQUES UR­VOAS. À Li­moges au­jourd’hui pour inau­gu­rer la ci­té ju­di­ciaire place Wins­ton-Chur­chill.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.