A Li­moges, les se­niors mettent dans le mille

Le Populaire du Centre (Haute-Vienne) - - La Une - PHO­TO THO­MAS JOUHANNAUD

SPORT. Un club li­muo­geaud de tir à l’arc dé­dié aux plus de cin­quante ans at­tire une tren­taine de pra­ti­quants deux fois par se­maine au gym­nase Jean­Ma­cé. CODERS. Ce club fait par­tie du co­mi­té dé­par­te­men­tal de la re­traite spor­tive, dont les ef­fec­tifs ont aug­men­té de 22 % ces trois der­nières an­nées.

Le tir-à-l’arc est un sport d’adresse, ac­ces­sible aux se­niors. À Li­moges, l’Arc club se­niors (ACS) or­ga­nise tous les lun­dis et ven­dre­dis des séances.

n va faire un pe­tit échauf­fe­ment de 10 mi­nutes ! On hausse les épaules », lance Marc Miaux, ani­ma­teur de l’Arc club se­niors (ACS). À 72 ans, ce Li­mou­geaud pra­tique le tir­à­l’arc de­puis des di­zaines d’an­nées. Bé­né­vole, il en­cadre deux fois par se­maine les li­cen­ciés de l’ACS. « Ce sport per­met de se re­trou­ver entre co­pains », ra­conte­t­il. Chaque séance ras­semble en moyenne 30 per­sonnes. Lors de notre ren­contre, 15 li­cen­ciés sont pré­sents. Le plus âgé, Pierre Gaches, 87 ans n’en dé­mord pas. « Je m’amuse ça fait dix ans que je viens ! Je ne suis pas pro­fes­sion­nel. Dans ma vie, j’ai fait du foot, du rugby », ex­plique le doyen.

Un sport ou­vert à tous

Cer­tains membres ont connu l’ACS par le bouche à oreille. « J’ai dis­cu­té avec une per­sonne qui fai­sait du tir­à­l’arc. Je suis ve­nu es­sayer. Au­jourd’hui, je conti­nue en­core », pré­cise Patrick Faure, 61 ans. Ce sport exige concen­tra­tion, pré­ci­sion et ri­gueur. « C’est re­la­ti­ve­ment fa­ti­guant même si ce­la ne pa­raît pas », avance Patrick Faure. Pour­tant, le tir­à­l’arc ne de­mande pas for­cé­ment de force. Par­mi les li­cen­ciés, les femmes pra­tiquent l’ac­ti­vi­té. « La pa­ri­té est là, il y a au­tant de femmes que d’hommes », sou­rit Marc Miaux. Les ama­teurs pré­parent leur arc. Adieu le bois, le mé­tal et le car­bone l’ont rem­pla­cé. Des arcs d’ini­tia­tion sont mis à la lo­ca­tion pour les dé­bu­tants. Les ex­pé­ri­men­tés, eux, ont leur ma­té­riel. En moyenne, un arc coûte 300 eu­ros. « Je monte en­tiè­re­ment l’arc, je monte ma corde et mon vi­seur », in­dique Éli­sa­beth De­may, ar­cher de­puis 2012.

Un club de pas­sion­nés

Des cibles sont pla­cées sur sept che­va­lets dis­po­sés au centre du gym­nase. Plus la flèche s’ap­proche du centre, plus les points ré­col­tés aug­mentent. Une dame pres­sée sur­git. Son cours d’es­pa­gnol l’a re­tar­dé. En de­hors du tir­à­l’arc, les adhé­rents sont ac­tifs. Ils suivent d’autres ac­ti­vi­tés spor­tives et cultu­relles. C’est bon, tout le monde est prêt. « En place, on tire à 18 mètres der­rière la ligne blanche. On en­voie ! », crie Marc Miaux. Les flèches marquent dix points. Elles at­teignent le centre de la cible. « La fille avec le car­ quois vert est ar­ri­vée ré­cem­ment. Elle est vrai­ment douée », souffle Marc. D’autres ar­chers réus­sissent moins bien…

« Je monte en­tiè­re­ment l’arc, je monte ma corde et mon vi­seur »

« Ce­la pa­raît simple, mais ce n’est pas évident ! C’est peu­têtre à cause de mon arc que je vise mal », sou­pire Na­dine Poux, 59 ans. Les lan­cers de flèches re­com­mencent. « C’est ja­mais bien ! Je me contente de mon ré­sul­tat ! », dé­clare Ma­rie Jeanne, 75 ans. L’ani­ma­teur re­donne des ordres. « À force d’aboyer ! J’ai soif ! », s’amuse Marc Miaux… Et c’est re­par­ti…

PHO­TO THO­MAS JOUHANNAUD

SPORT. L’ACS re­joint les dix as­so­cia­tions membres du CODERS 87.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.