Meilleurs es­poirs conju­gués au fé­mi­nin

Le Populaire du Centre (Haute-Vienne) - - Grad Angle - Mar­jo­rie Queuille

Sou­vent mo­quées, par­fois ja­lou­sées, tou­jours ob­ser­vées, se­crè­te­ment ad­mi­rées. De­ve­nir Miss n’a rien de com­mun ni de simple. Pour­quoi sont-elles tou­jours plus nom­breuses à se pré­sen­ter à ces concours de beau­té qui four­millent ? Té­moi­gnages de quel­que­sunes de celles qui ont dé­fi­lé ven­dre­di soir à l’Opéra de Li­moges pour le titre de Miss Li­mou­sin 2017…

Elles sont ki­né ou ma­man au foyer. Elles as­pirent à de­ve­nir pro­fes­seur des écoles, avo­cate ou tra­vailler dans la mode. Elles nagent, pra­tiquent l’équi­ta­tion, sont fon­dues de sports mé­ca­niques ou rien de tout ça. Elles ont suc­com­bé sans au­cune dif­fi­cul­té à la mode du sel­fie ou n’ont au contraire ja­mais ima­gi­né se mettre en scène, per­clues de doutes ou to­ta­le­ment dés­in­té­res­sées par la ma­noeuvre. Et pour­tant, elles l’ont toutes fait. A 20 ans, 1,70 mètre im­pé­ra­ti­ve­ment at­teint, sans pe­tit ami et sans ta­touage – les cri­tères pour es­pé­rer par­ti­ci­per à l’élec­tion de Miss France –, ou à 35 ans, la vie dé­jà bien rem­plie et sans tou­jours suivre ce concept étrange et in­jus­ti­ fié qu’on ap­pelle la norme. Elles ont fran­chi le pas et les sé­lec­tions pour se pré­sen­ter au concours de Miss Li­mou­sin, Pres­tige, Cur­vy, Pin­up, Can­ton, Elé­gance ou même Cul noir… La liste est longue. Celle des sources de mo­ti­va­tion, pas tant que ce­la.

« Je pen­sais y al­ler, mais dans le pu­blic »

Dans le sa­lon bleu de l’Hô­tel de ville de Li­moges où les pré­ten­dantes à la cou­ronne de Miss Li­mou­sin, dé­cer­née ven­dre­di soir, ont été pré­sen­tées à la presse voi­là deux se­maines, ré­son­naient les mêmes mots. Rêve. Confiance. Plaisir. Mais pas tou­jours comme on le croit. Car avant de pen­ser à son plaisir, Lu­di­vine, 19 ans et fu­ture sage­femme, a sur­tout pen­sé à ce­lui de sa ma­man. « Com­ment je vis tout ça ? Un peu dif­fi­ci­le­ment, j’ai été un peu pous­sée par ma mère, concède la deuxième dau­phine de Miss Creuse 2017 (1) en se­couant sa longue che­ve­lure on­du­lée. Moi, Miss Li­mou­sin, je n’avais ja­mais en­vi­sa­gé d’y al­ler ailleurs que dans le pu­blic ! » Et pour­tant, celle qui s’étonne qu’on la re­con­naisse dans sa com­mune, n’hé­site pas à « re­com­man­der » l’ex­pé­rience, « rien que pour la confiance en soi ». Un be­soin de se prou­ver des choses et de les prou­ver aux autres, proches ou in­con­nus. « Et puis je me suis fait des co­pines. » Tis­ser des liens, faire des ren­contres. L’ar­gu­ment peut pa­raître « nu­nuche », il est pour­tant bien réel, mal­gré la com­pé­ti­tion. « On passe tel­le­ment de temps en­semble, on se sou­tient… Ro­mane et Ma­za­rine sont de­ve­nues comme des soeurs », lance, en­thou­siaste, Anaïs, pre­mière dau­phine de la pre­mière nom­mée en 2016. Qui s’est donc pré­sen­tée une se­conde fois avan­thier. Une per­sé­vé­rance qu’elle as­sume jus­qu’au bout de ses ongles na­crés et qui lui a don­né rai­son. Elle est dé­sor­mais la nou­velle Miss Li­mou­sin.

« Des choses ex­tra­or­di­naires »

« J’ai tou­jours été fas­ci­née. J’ai des sou­ve­nirs de soi­rées pas­sées de­vant la té­lé avec la fa­mille et les amis pour suivre l’élec­tion de Miss France. J’aime le cô­té féé­rique. Et puis il y a le cô­té so­cial qu’on ne voit pas à la té­lé : une Miss ap­porte beau­coup au­tour d’elle. » Elle a tout juste 17 ans lors­qu’est or­ga­ni­sé le pre­mier concours Miss Cou­zeix, où elle vit, et « saute sur l’oc­ca­sion ». Qui lui réus­sit, et qui lui ouvre des portes in­soup­çon­nées, comme elle l’ex­plique en toute fran­chise. « Je ne sais pas si les gens se rendent compte mais on est in­vi­tée par­tout, on fait des choses ex­tra­or­di­naires. Par exemple, quand le Ra­fale (2) est ve­nu à Li­moges, nous, on a pu mon­ter de­dans ! »

« Une ex­pé­rience bonne à prendre »

Et puis il y a Léa et Ju­lia, 19 ans toutes les deux. La pre­mière se rêve avo­cate. La se­conde se ver­rait bien faire de la re­cherche dans la flore. Toutes les deux avouent avoir son­gé se lan­cer parce que c’est une « aven­ture », quand même. Et qui dit aven­ture dit « ex­pé­rience » bonne à prendre tout de suite pour Léa, fas­ci­née par la mode, ou plus tard pour Ju­lia, qui pour­ra s’en nour­rir lors­qu’il lui fau­dra prendre la pa­role dans un pré­toire. Une ex­pé­rience qu’ils sont tou­jours plus nom­breux à suivre, un peu épa­tés quand même par ces jeunes filles qui n’hé­sitent pas à al­ler au bout de leurs convic­tions. « On res­sent un gros dy­na­misme sur les ré­seaux so­ciaux, comme ja­mais », constate Na­dine Preece, dé­lé­guée ré­gio­nale pour Miss France. Alors, rin­gards, les concours de Miss ? Sû­re­ment pas. (1) La Miss dé­par­te­men­tale élue est sé­lec­tion­née d’of­fice pour concou­rir à Miss Li­mou­sin ain­si que ses deux dau­phines si elles ré­pondent bien aux cri­tères, no­tam­ment de taille, par­fois re­vus à la baisse dans cer­tains co­mi­tés. Hier, deux can­di­dates sup­plé­men­taires avaient été re­te­nues. (2) Le 8 juillet, à l’oc­ca­sion de la ve­nue de la Pa­trouille de France à Li­moges­Bel­le­garde.

PHOTO ELISE BAÏERA

SOU­RIEZ, VOUS ÊTES ÉTUDIÉE SOUS TOUTES LES COUTURES. Ro­mane Ko­mar, Miss Haute-Vienne 2016, vient d’être élue Miss Li­mou­sin 2016 sous le re­gard d’un par­terre de sup­por­ters et cu­rieux, et sous l’ob­jec­tif de Miss France 2016. S’ou­vrait alors une an­née pleine de ren­contres et de sur­prises in­ou­bliables. Exac­te­ment ce qu’es­pèrent vivre toutes les pré­ten­dantes à une écharpe.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.