IN­DIS­CRÉ­TIONS

Le Populaire du Centre (Haute-Vienne) - - Haute-Vienne -

Le Mo­to Tour 2017, ral­lye réunis­sant mo­tards pro­fes­sion­nels et ama­teurs pour une balade en France d’une se­maine jus­qu’à Tou­lon, s’élan­ce­ra le 7 oc­tobre de Li­moges, pour la toute pre­mière fois de son his­toire. À l’oc­ca­sion de la pré­sen­ta­tion de la 14e édi­tion de ce qui consti­tue un évé­ne­ment pour les mor­dus de deux-roues, Marc Fon­tan, vain­queur en 1980 des 24 heures du Mans mo­to avec Her­vé Moi­neau et cham­pion du monde d’en­du­rance la même an­née, a rap­pe­lé un sou­ve­nir très per­son­nel de sa dernière ve­nue à Li­moges. C’était en… 1964 ou 1965. Dé­jà casse-cou, il avait eu la mau­vaise idée de des­cendre d’un im­meuble au moyen d’une corde, ce qui lui coû­ta quelques dents. Ses grands-pa­rents, qui vi­vaient alors à Li­moges – son grand-père était di­rec­teur de l’ur­ba­nisme à la Ville –, l’ac­cueillirent le temps de l’opé­ra­tion, ef­fec­tuée dans une cli­nique li­mou­geaude. « J’es­père que ce nou­veau sé­jour ici se­ra moins dou­lou­reux », n’a-t-il pu s’em­pê­cher de sou­hai­ter.

Le 30 no­vembre der­nier, la so­cié­té li­mou­geaude Pro­to­tig, spé­cia­li­sée dans la créa­tion de ma­chines uniques à des­ti­na­tion de ses clients dans l’aé­ro­nau­tique, l’au­to­mo­bile et l’in­dus­trie en gé­né­ral, pré­sen­tait un tout nou­veau ro­bot col­la­bo­ra­tif bap­ti­sé YuMi. Le der­nier-né d’ABB, nu­mé­ro deux mon­dial de la ro­bo­tique, était alors des­ti­né à être in­té­gré tel un ou­til ul­tra-pré­cis dans ses fu­tures créa­tions in­dus­trielles. Ce pe­tit bi­jou de tech­no­lo­gie a li­vré mar­di soir, au Théâtre Tos­can de Pise, une par­ti­tion en so­lo. Il a en ef­fet di­ri­gé le concert de clô­ture du pre­mier fes­ti­val international de la ro­bo­tique. Pen­dus au bout de ses bras im­pres­sion­nants de dex­té­ri­té : un or­chestre sym­pho­nique ain­si que le té­nor An­drea Bo­cel­li. Ver­ti­gi­neux, comme la vi­déo de dé­mons­tra­tion en­core vi­sible sur notre site in­ter­net. « Dans le sys­tème de soins vé­té­ri­naires, il manque un éche­lon ». Est-ce l’état de san­té de son chien, opé­ré en ur­gence, et pour le­quel Alain Rous­set a été pré­oc­cu­pé tout le wee­kend der­nier alors qu’il condui­sait une dé­lé­ga­tion e-san­té à Mon­tréal, ou sa vi­site du ly­cée agri­cole de Ma­gnac-La­val la se­maine pas­sée qui a fait ger­mer cette re­marque dans l’es­prit du pré­sident de la Ré­gion ? Tou­jours est-il qu’il ré­flé­chit ar­dem­ment à la créa­tion d’une école d’in­fir­mier vé­té­ri­naire. « Ce­la cor­res­pond à un be­soin no­tam­ment pour les soins de suite et à une lo­gique d’amé­na­ge­ment du ter­ri­toire », as­sure-t-il. D’au­tant que la for­ma­tion pro­fes­sion­nelle est de la com­pé­tence de la Ré­gion. À suivre donc…

L’En­fant du Car­na­val, pre­mier ro­man de Charles-An­toi­neGuillaume Pi­gault de l’Epi­noy, dit Pi­gault-Le­brun, fit un ta­bac quand il fut édi­té en… 1796 ! Ra­con­tant les aven­tures d’un en­fant na­tu­rel et ses amours pen­dant la Ré­vo­lu­tion fran­çaise, il est con­si­dé­ré comme l’un des pre­miers ro­mans po­pu­laires. Les édi­tions li­mou­geaudes On Ver­ra Bien en pro­posent une ré­édi­tion.

Le dé­pu­té de la 2e cir­cons­crip­tion de la Haute-Vienne, Jean-Bap­tiste Djeb­ba­ri (LREM) fait par­tie des huit whips de l’As­sem­blée na­tio­nale. Com­pre­nez qu’il tient un rôle stra­té­gique au­près de ses col­lègues puisque le whip (lit­té­ra­le­ment le fouet en an­glais) est char­gé de veiller à l’as­si­dui­té de ses col­lègues dans une des huit com­mis­sions per­ma­nentes de l’As­sem­blée na­tio­nale et de s’as­su­rer que les consignes sont res­pec­tées. Il joue aus­si un rôle de co­or­di­na­teur avec les mi­nistres en charge. L’élu haut-vien­nois est dé­vo­lu à la com­mis­sion du dé­ve­lop­pe­ment du­rable. Un bou­lot « chro­no­phage mais pas­sion­nant », com­mente-t-il sur son compte twit­ter.

Mer­cre­di soir avait lieu chez les Mai­sons JB la soi­rée de pré­sen­ta­tion aux par­te­naires de l’équipe de Pro­ligue du Li­moges Hand 87. Lors de son dis­cours, le pré­sident Au­bard a li­vré quelques chiffres et don­né l’oc­ca­sion de faire sou­rire la nom­breuse as­sis­tance. Il a ain­si no­té que les lignes ar­rières de l’équipe pe­saient plus lourd que la moyenne na­tio­nale de Pro­ligue. À l’in­verse, les ai­liers sont eux en des­sous de cette moyenne. D’où cette in­ter­ro­ga­tion : « Je me de­mande si les uns ne mangent pas les sand­wiches des autres lors des dé­pla­ce­ments. Il va fal­loir vé­ri­fier ». du centre hos­pi­ta­lier Es­qui­rol, An­toine Pa­che­co, s’ap­prête à pas­ser la main. Il de­vrait quit­ter l’éta­blis­se­ment de soins psy­chia­triques li­mou­geaud, qu’il di­ri­geait de­puis fin 2004, en jan­vier. Le re­cru­te­ment de son suc­ces­seur est en cours.

Na­tha­lie Lan­zi, vice-pré­si­dente du Con­seil ré­gio­nal de Nou­velle-Aqui­taine dé­lé­guée à la jeunesse, au sport, à la culture et au pa­tri­moine, vient d’être nom­mée membre de la Confé­rence per­ma­nente du sport fé­mi­nin pour une du­rée de trois ans, et ce en qua­li­té de re­pré­sen­tante des Ré­gions de France. Lan­cée le 5 sep­tembre à Va­lence (26) par Lau­ra Fles­sel, mi­nistre des sports, et Mar­lène Schiap­pa, se­cré­taire d’état dé­lé­guée à l’éga­li­té entre les femmes et les hommes, cette Confé­rence per­ma­nente vise à fa­vo­ri­ser la pra­tique du sport fé­mi­nin.

Em­ma­nuel Ma­cron a en­ta­mé cet été un tour des an­ciens pré­si­dents. Le 21 juillet, il a ren­con­tré le couple Chi­rac à Pa­ris. Ber­nar­dette et Jacques ont été sen­sibles à cette vi­site de cour­toi­sie. Jacques Chi­rac a même of­fert au pré­sident de la Ré­pu­blique un bronze du Gé­né­ral de Gaulle qu’il conser­vait tou­jours sur son bu­reau que ce soit à la mai­rie de Pa­ris ou à l’Ely­sée. Voi­là en tout cas un bronze que n’au­ra pas le mu­sée de Sar­ran.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.