« Les vendanges ont été dif­fi­ciles, la vi­gni­fi­ca­tion le se­ra aus­si »

Le Populaire du Centre (Haute-Vienne) - - Le Fait Du Jour - Ca­ro­line Girard

D’abord avec les cé­pages blancs, puis avec les rouges, les vendanges au Saillant et à Vou­te­zac, en Cor­rèze, se sont faites avec pré­cau­tion. Si cer­taines par­celles étaient in­ex­ploi­tables suite à l’épi­sode de gel d’avril, d’autres ont été épar­gnées. « Nos grands­pères le di­saient : la pluie de sep­tembre ne fait pas du bon vin ! » Sur l’hec­tare et de­mi de Ver­tou­git épar­gné par le gel mais pas par les averses, « les grappes ne sont pas ex­cep­tion­nelles et la ré­colte se­ra faible, ex­plique le pré­sident des caves des co­teaux de la Vé­zère, Re­né Mau­ry. L’an der­nier, nous avons ra­mas­sé l’équi­valent de 375 caisses sur cette même par­ celle et là, il n’y en au­ra qu’une cen­taine. C’est notre pre­mière ré­colte en AOC et nous ne pou­vons pas es­tam­piller nos bou­teilles avec cette dis­tinc­tion si le vin n’est pas à la hau­teur ! Ce­la me met de mau­vaise hu­meur de pen­ser aux 20 à 25.000 bou­teilles que nous pour­rons faire cette an­née, contre les 90.000 de l’an der­nier. Mais si ce sont des bou­teilles de qua­li­té, la mau­vaise hu­meur se­ra vite dis­si­pée ». Pour maxi­mi­ser les chances d’avoir un ré­sul­tat à la hau­teur à la mise en bou­teille, l’en­jeu de la cu­vée se­ra d’au­tant plus im­por­tant lors du tra­vail au chai. « Cette an­née, il fau­dra être vi­gi­lant sur la fer­men­ta­tion du jus de rai­sin. Elle est dif­fi­cile à maî­tri­ser car, en temps nor­mal, le rai­sin a la le­vure né­ces­saire en lui pour fer­men­ter. Là, soit la fer­men­ta­tion dé­marre très vite, soit pas du tout. Le tra­vail des vi­gne­rons au­ra une vraie im­por­tance ». Ré­chauf­fer ou re­froi­dir les cuves, contrô­ler les ni­veaux d’aci­di­té et d’al­cool… « Notre tra­vail est si­mi­laire à ce­lui d’un chef cui­si­nier. S’il n’a pas de bons pro­duits, c’est dif­fi­cile de faire de bons plats. Ici, et en par­ti­cu­lier sur ces par­celles, nous avons toutes les condi­tions réunies pour sor­tir un bon vin. La moi­tié de sa qua­li­té re­pose sur la vigne, la se­conde sur notre tra­vail au chai ».

PHO­TO PAS­CAL PERROUIN

VENDANGES. La pro­duc­tion 2017 sur les co­teaux du Saillant de­vrait re­pré­sen­ter un tiers de celle de l’an der­nier.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.