Ré­équi­li­brer le rap­port de forces entre agri­cul­teurs et dis­tri­bu­teurs

Le Populaire du Centre (Haute-Vienne) - - La Une -

Pour le Pré­sident de la Ré­pu­blique Em­ma­nuel Ma­cron, l’ob­jec­tif est d’at­teindre le juste prix pour les pro­duc­teurs.

Em­ma­nuel Ma­cron a an­non­cé, hier, qu’il lé­gi­fé­re­rait par or­don­nances pour ré­équi­li­brer les contrats com­mer­ciaux entre agri­cul­teurs et dis­tri­bu­teurs, à condi­tion qu’ils ré­or­ga­nisent leurs fi­lières de pro­duc­tion.

«Nous mo­di­fie­rons la loi pour in­ver­ser la for­ma­tion du prix qui par­ti­ra du coût de pro­duc­tion », a dé­cla­ré le chef de l’État, hier, à mi­par­cours des États gé­né­raux de l’ali­men­ta­tion, à Run­gis (Valde­Marne). L’am­bi­tion d’Em­ma­nuel Ma­cron est de trou­ver les moyens de mettre un terme à la pau­pé­ri­sa­tion de la pro­fes­sion agri­cole, tout en ré­pon­dant à la forte né­ces­si­té de trans­for­ma­tion du sec­teur pour ré­pondre aux at­tentes so­cié­tales et en­vi­ron­ne­men­tales des Fran­çais.

D’ici la fin de l’an­née

« Nous de­vons re­pen­ser col­lec­ti­ve­ment une nou­velle France agri­cole » a lan­cé le pré­sident de la Ré­pu­blique aux agri­cul­teurs, in­dus­triels, dis­tri­bu­teurs et élus réunis sur le mar­ché de gros de Run­gis. La loi de­vrait être pré­sen­tée et adop­tée via des or­don­nances « au pre­mier se­mestre 2018 » a in­di­qué Em­ma­nuel Ma­cron, en sou­hai­tant une « trans­for­ma­tion pro­fonde » du sec­teur, et en exi­geant que chaque fi­lière de pro­duc­tion agri­cole (lait, viande, cé­réales, etc..) lui pré­sente « d’ici la fin de l’an­née » sa « stra­té­gie ». « Nous ne de­vons pas avoir une ap­proche uni­ forme », il conti­nue­ra d’y avoir une « plu­ra­li­té pro­duc­tive », et des « dy­na­miques ré­gio­nales » qui doivent res­ter fortes, a­t­il ajou­té en ci­tant le bio, les la­bels, les ré­gions… « Je sou­haite que la dis­tri­bu­tion et les in­dus­triels par­ti­cipent » à ce tra­vail, a­t­il pré­ci­sé. Sur le plan tech­nique, la dé­ci­sion de re­le­ver le seuil de re­vente à perte de la grande dis­tri­bu­tion, très at­ten­due par les agri­cul­teurs, dé­pen­dra du bou­clage des stra­té­gies de chaque fi­lière. Le seuil de re­vente à perte est le prix mi­ni­mum en des­sous du­quel les dis­tri­bu­teurs n’ont pas le droit de vendre. Mi­chel Edouard Le­clerc s’est pour sa part dé­cla­ré « sou­la­gé » que le pré­sident soit fa­vo­rable au re­lè­ve­ment du seuil de re­vente à perte sur les seuls pro­duits ali­men­taires. Le pré­sident a ré­af­fir­mé son en­ga­ge­ment de cam­pagne d’at­teindre « 50 % de pro­duits bio ou lo­caux d’ici 2022 en res­tau­ra­tion col­lec­tive », un ob­jec­tif qui va per­mettre de mo­de­ler, se­lon lui, les sché­mas de pro­duc­tion en France et re­lan­cer l’agri­cul­ture et l’agroa­li­men­taire. « Vous de­vez vous or­ga­ni­ser dans les ter­ri­toires pour chan­ger les mo­dèles pro­duc­tifs », a de­man­dé le pré­sident. Ce chan­ge­ment de pa­ra­digme passe par un « ar­rêt » de cer­taines pro­duc­tions, qui ne cor­res­pondent plus au goût des consom­ma­teurs et ne s’ins­crivent pas dans la concur­rence in­ter­na­tio­nale.

PHO­TO AFP

EM­MA­NUEL MA­CRON. Une agri­cul­ture ré­or­ga­ni­sée.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.