Trois mi­nutes pour ré­su­mer sa thèse

Alexis Pa­ren­té, bio­lo­giste, sé­lec­tion­né dans un concours na­tio­nal de vul­ga­ri­sa­tion scien­ti­fique

Le Populaire du Centre (Haute-Vienne) - - Haute-vienne - Hé­lène Pom­mier

Le dé­fi a été brillam­ment re­le­vé par un doc­to­rant de l’uni­ver­si­té de Limoges, qui par­ti­ci­pe­ra en juin à la fi­nale na­tio­nale de « Ma thèse en 180 se­condes ». «J e n’ai ja­mais fait de théâtre de ma vie. » Dif­fi­cile de croire Alexis Pa­ren­té tant il semble à l’aise en pu­blic. Au point que Ma­thieu Vi­dard, pré­sen­ta­teur de l’émis­sion était per­sua­dé que le jeune homme a été « nour­ri au stand­up », lors­qu’il l’a in­ter­ro­gé le 4 mai der­nier sur les ondes de .Le doc­to­rant à l’uni­ver­si­té de Limoges fait par­tie des seize fi­na­listes du concours na­tio­nal « Ma thèse en 180 se­condes », qui se tien­dra le 13 juin à Tou­louse. Il est le pre­mier thé­sard li­mou­geaud à at­teindre ce stade de la com­pé­ti­tion. Dé­but avril, à Pa­ris, par­mi 56 autres can­di­dats, Alexis Pa­ren­té a en ef­fet su sé­duire le ju­ry de la de­mi­fi­nale en fai­sant le choix de l’hu­mour : un mi­ni­show où il a réus­si à vul­ga­ri­ser le su­jet plu­tôt aride de ses tra­vaux, in­ti­tu­lés « Maî­trise de la vul­né­ra­bi­li­té phé­no­ty­pique du dé­ve­lop­pe­ment mus­cu­laire »… Au­pa­ra­vant, en mars, il avait fran­chi avec suc­cès les étapes lo­cales, à Limoges, et ré­gio­nales, à La Rochelle. Une ex­pé­rience qu’il de­vra re­nou­ve­ler dans quelques se­maines. CHER­CHEUR. Non, Alexis Pa­ren­té n’est pas un fé­ru de sport. Il avoue même à notre jour­nal payer un abon­ne­ment à une salle… sans y al­ler. Le jeune homme de 26 ans, qui mène sa re­cherche au sein de l’équipe bio­lo­gie­san­té du la­bo­ra­toire Pei­rene, s’in­té­resse en re­vanche à une pro­téine na­tu­relle que les cultu­ ristes connaissent bien : la myo­sta­tine. Cette der­nière freine la crois­sance des tis­sus mus­cu­laires et évite qu’on soit tous « hy­per bo­by­buil­dés ». D’où l’idée de la blo­quer pour re­don­ner de la force et de la masse mus­cu­laires à des ma­lades ou des per­sonnes âgées. Sar­co­pé­nie liée au vieillis­se­ment, ca­chexie dans le cas du can­cer, mais aus­si près de 300 pa­tho­lo­gies mus­cu­laires gé­né­tiques (comme les myo­pa­thies) : la fonte et la perte de muscles sque­let­tiques sont fré­quentes. L’ob­jec­tif du bio­lo­giste est, dit­il, de « trou­ver un re­mède ». Il a donc tra­vaillé sur deux pro­téines ca­pables de sé­ques­trer cette fa­meuse myo­sta­tine : GASP­1 et GASP­2. « On a trai­té des sou­ris pour éva­luer les ef­fets se­con­daires. Il se trouve qu’avec GASP­1, en vieillis­sant, ces sou­ris dé­ve­lop­paient un dia­bète et une obé­si­té et que GASP­2 se­rait une meilleure op­tion thé­ra­peu­tique. » Le tout ex­pli­qué en trois mi­nutes, top chro­no, et pas une se­conde de plus, sous peine d’être éli­mi­né ! Alexis Pa­ren­té s’est lais­sé convaincre par deux en­sei­gnantes de la fa­cul­té des sciences, Vé­ro­nique Blan­quet et Laë­ti­tia Ma­gnol, avant de se lan­cer dans l’aven­ture. Pas­ser de rat de la­bo­ra­toire qui ma­ni­pule éprou­vettes et mi­cro­scope à bête de scène n’est pas à la por­tée de tous, mais le na­tif de Gour­don, dans le Lot, avait un po­ten­tiel et a re­le­vé le dé­fi. « L’uni­ver­si­té de Limoges nous a for­més pour ap­prendre à vul­ga­ri­ser de fa­çon théâ­trale », ap­pré­cie­t­il. « C’est une bouf­fée d’air dans une der­nière an­née de thèse as­sez dure », se ré­jouit ce­lui qui a aus­si pu bé­né­fi­cier, comme ses com­parses de la de­mi­fi­nale pa­ri­sienne, des conseils de l’hu­mo­riste So­phia Aram, mar­raine de l’édi­tion. « D’an­ciens fi­na­listes sont ve­nus ra­con­ter leur ex­pé­rience. L’une d’eux est de­ve­nue comédienne, une autre fait des vi­déos de vul­ga­ri­sa­tion scien­ti­fique sur You­tube et la plu­part conti­nue la re­cherche. » C’est dans cette der­nière voie qu’Alexis Pa­ren­té a bien l’in­ten­tion de pour­suivre. Heu­reux d’avoir pu ex­pli­quer sim­ple­ment à ses proches ce qu’il fai­sait de­puis trois ans et de pou­voir re­pré­sen­ter l’uni­ver­si­té de Limoges au plus haut ni­veau.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.