Un geste pour la paix

Le tête­à­tête his­to­rique a ac­cou­ché d’une dé­cla­ra­tion com­mune très vague

Le Populaire du Centre (Haute-Vienne) - - La Une - PHOTO : AFP

HIS­TO­RIQUE. Do­nald Trump et Kim Jong­un ont af­fi­ché leur en­tente lors d’un som­met his­to­rique à Sin­ga­pour et af­fir­mé leur vo­lon­té de « tour­ner la page ». PERS­PEC­TIVES. In­ima­gi­nable il y a en­core quelques mois, cette ren­contre qui n’a pas vu de per­cée ma­jeure sur l’ar­se­nal nu­cléaire ouvre néan­moins des pers­pec­tives de paix pro­met­teuses.

Le do­cu­ment com­mun si­gné par Trump et Kim ne contient au­cune per­cée ma­jeure concer­nant le de­ve­nir de l’ar­se­nal nu­cléaire de la Co­rée du Nord.

Le pré­sident amé­ri­cain a as­su­ré que le pro­ces­sus de dé­nu­cléa­ri­sa­tion pour­rait com­men­cer « très ra­pi­de­ment », après des dé­cen­nies de ten­sions au­tour des am­bi­tions ato­miques de Pyon­gyang. Mais la for­mu­la­tion de la dé­cla­ra­tion com­mune reste très vague, en par­ti­cu­lier en termes de ca­len­drier, et s’en re­met à des né­go­cia­tions ul­té­rieures pour sa mise en oeuvre. Ces der­nières dé­bu­te­ront la se­maine pro­chaine sous la hou­lette du chef de la di­plo­ma­tie amé­ri­caine, Mike Pom­peo, ac­teur clé de la re­lance du dia­logue. Le texte re­prend de pré­cé­dents en­ga­ge­ments du ré­gime nord­co­réen, ja­mais mis en oeuvre, sans pré­ci­ser que la dé­nu­cléa­ri­ sa­tion doit être « vé­ri­fiable et ir­ré­ver­sible », comme le ré­cla­maient avec force les États­Unis avant le som­met de Sin­ga­pour. « Kim Jong­un a ré­af­fir­mé son en­ga­ge­ment ferme et in­ébran­lable en fa­veur d’une dé­nu­cléa­ri­sa­tion com­plète de la pé­nin­sule co­réenne », est­il écrit. Se­lon Vi­pin Na­rang, professeur au Mas­sa­chu­setts Ins­ti­tute of Tech­no­lo­gy, « la Co­rée du Nord n’a rien pro­mis de plus qu’au cours des 25 der­nières an­nées ». « À ce stade, il n’y a au­cune rai­son de pen­ser que ce som­met dé­bouche sur quelque chose de plus concret que ce­la sur le front du désar­me­ment », ajoute­t­il. Ana­lystes et his­to­riens rap­pel­ lent à l’unis­son que le ré­gime de Pyon­gyang est pas­sé maître dans l’art des pro­messes non te­nues. En 1994 puis en 2005, des ac­cords avaient été conclus mais au­cun d’entre eux n’a ja­mais été réel­le­ment ap­pli­qué. Lors d’une longue confé­rence de presse par­ti­cu­liè­re­ment dé­cou­sue, Do­nald Trump, qui a ex­pli­qué ne pas avoir fer­mé l’oeil « pen­dant 25 heures », a as­su­ré, sans autres pré­ci­sions, que la dé­nu­cléa­ri­sa­tion fe­rait bien l’ob­jet de vé­ri­fi­ca­tions.

Conces­sions amé­ri­caines

Et il a mar­te­lé que les sanc­tions contre la Co­rée du Nord res­te­raient en vi­gueur tant que la « me­nace » des armes ato­miques ne se­rait pas le­vée. Mais le pré­sident amé­ri­cain a aus­si fait une conces­sion de taille. Il a en ef­fet dé­cla­ré qu’il met­trait fin aux exer­cices mi­li­

taires conjoints avec la Co­rée du Sud, dé­crits comme « très pro­vo­ca­teurs » à l’égard du Nord. Le gel de ces ma­noeuvres, source de ten­sions ré­cur­rentes, était une exi­gence an­cienne de Pyon­gyang. La ren­contre, la pre­mière entre un pré­sident amé­ri­cain en exer­cice et un lea­der nord­co­réen, a été mar­quée par plu­sieurs poi­gnées de main ap­puyées entre les deux hommes, des images in­ima­gi­nables il y a en­core quelques mois lors­qu’ils échan­geaient me­naces et in­vec­tives.

PHOTO AFP

IMAGE. Tout sou­rire, le pré­sident amé­ri­cain s’est mon­tré par­ti­cu­liè­re­ment élo­gieux à l’égard de Kim Jong-un, « très ta­len­tueux » et « très bon né­go­cia­teur » lui pro­di­guant des su­per­la­tifs d’or­di­naire ré­ser­vés à ses al­liés.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.